La Chine a lancé le 1er février son marché du carbone, le plus grand du monde, dont les échanges vont bientôt débuter.  

Le commerce en ligne sur le marché chinois du carbone commencera en juillet, a annoncé Zhao Yingmin, vice-ministre de l’Écologie et de l’Environnement.

Lire aussi : La Chine lance son marché carbone national en 2018

Ce programme devrait détrôner le marché du carbone de l’Union européenne lancé en 2005 en tant que plus grand système d’échange de droits d’émission de carbone au monde.

Le commerce du carbone est un processus d’achat et de vente de permis d’émission de dioxyde de carbone ou d’autres gaz à effet de serre.

Ce marché chinois du carbone autorise pour la première fois les autorités provinciales à fixer des quotas pour les centrales thermiques. De plus, le marché chinois permet aux entreprises énergétiques de s’échanger des droits de polluer.

Les autorités locales délivrent un certificat pour chaque tonne de dioxyde de carbone (ou d’autres gaz à effet de serre) émise par une entreprise. En cas de non-respect, les entreprises peuvent être sanctionnées par une amende.

D’ailleurs, des émetteurs désignés auront le droit de libérer une certaine quantité de gaz à effet de serre. À la fin de chaque cycle, les émetteurs qui dépassent leur quantité autorisée devront acheter des permis inutilisés pour compenser les émissions supplémentaires.

Ce marché chinois du carbone est considéré comme un instrument financier susceptible de contribuer à améliorer la politique de réduction des émissions de carbone via l’aide des mécanismes du marché.

Lire aussi : La Chine se prépare à ouvrir son marché carbone

Pour le moment, ce marché chinois du carbone ne concerne pour le moment que le secteur de l’électricité, dont les centrales en Chine fonctionnent encore très largement au charbon, une des énergies les plus nocives pour l’environnement.

Ainsi le marché chinois ne concernera que 2225 entreprises du secteur de la production d’électricité, soit 30% des émissions de la Chine. Selon les nouvelles règles, les quelque 2.000 centrales – émettant plus de 26.000 tonnes de gaz à effet de serre par an – peuvent commencer à échanger leurs droits de polluer.

Les projets initiaux prévoyaient de couvrir 70 à 80% des émissions de la Chine. Raison pour laquelle, le marché chinois sera étendu à sept autres grandes industries émettrices de carbone, dont l’acier, la chimie et la fabrication du papier, selon le ministère.

Contrairement au marché européen du carbone, les permis de polluer sont distribués gratuitement et non aux enchères. De fait, cela incite moins les entreprises à réduire rapidement leurs émissions. De plus, le prix du carbone devrait être très bas dans le cadre du système chinois – environ 6 dollars la tonne – contre environ 36 dollars dans l’Union européenne.

La Chine a lancé un projet pilote de marché en octobre 2011 dans sept régions du pays, dont la province du Hubei, Beijing et Shanghai.

En juin 2021, le programme pilote a impliqué près de 3 000 grands émetteurs de plus de 20 industries et, avec un chiffre d’affaires total de plus de 11 milliards de yuans (1,5 milliard d’euros). Le marché chinois du carbone a couvert des émissions équivalant à 480 millions de tonnes de dioxyde de carbone.