Le Premier ministre des îles Salomon a déploré le 23 septembre que son pays avait été soumis à « un barrage de critiques injustifiées et déplacées, de désinformation et d’intimidation » depuis l’officialisation des relations diplomatiques avec la Chine en 2019, au détriment de Taiwan.

Dans un discours prononcé devant l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, Manasseh Damukana Sogavare a déclaré que les îles Salomon avaient été « injustement ciblées » et « vilipendées » dans les médias, assurant qu’un tel traitement « menace notre démocratie et notre souveraineté ».

Auparavant, les îles Salomon entretenaient des relations diplomatiques avec Taïwan, revendiquée par la Chine, mais les autorités ont décidé de rompre leurs échanges avec Taipei, pour reconnaitre la République populaire de Chine, en 2019.

Depuis, des accords de coopérations ont été signé entre les Iles Salomon et la Chine, ce qui inquiètent les États-Unis et ses alliés préoccupés par l’influence croissante de la Chine dans la région Asie-Pacifique.

« Cette décision a été prise par le biais de processus démocratiques par un gouvernement démocratiquement élu », a déclaré Manasseh Damukana Sogavare à propos de la reconnaissance de la Chine. « Je réitère l’appel à tous à respecter notre souveraineté et notre démocratie. »

Ce dernier a déclaré que les îles Salomon avaient adopté « une politique étrangère ‘amis de tous et ennemis de personne’. » « Dans le cadre de la mise en œuvre de cette politique, nous ne nous alignerons pas sur une ou plusieurs puissances extérieures ou sur une architecture de sécurité qui vise notre pays ou tout autre pays souverain ou qui menace la paix régionale et internationale. Les Îles Salomon ne seront pas contraintes de choisir un camp », a-t-il déclaré.

« Notre combat est de développer notre pays. Nous tendons la main de l’amitié et recherchons une coopération et un partenariat authentiques et honnêtes avec tous », a assuré Manasseh Damukana Sogavare.

La région des îles du Pacifique est devenue le centre de la compétition géopolitique entre la Chine et les États-Unis et leurs alliés. Cette concurrence s’est intensifiée depuis l’arrivée de Joe Biden à la président américaine, et particulièrement après la signature d’un accord de sécurité entre la Chine et les îles Salomon. Cet accord a provoqué un tollé aux États-Unis et chez leurs alliés australiens, qui craignent une militarisation chinoise de la région.

Depuis, Manasseh Damukana Sogavare a tenté de rassurer à plusieurs reprises les États-Unis et leurs alliés sur la présence de la Chine dans l’archipel. Cependant, le Premier ministre des Iles Salomon a décidé de mesure ses rapports avec Washington.