L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a validé le 1er juin le vaccin contre la COVID-19 mis au point par la société pharmaceutique chinoise Sinovac Biotech pour une utilisation en urgence.

Vaccin du laboratoire SinoVac

Le comité d’experts vaccinaux de l’OMS a recommandé ce vaccin qui requiert deux doses à intervalle de deux à quatre semaine pour les personnes de 18 ans et plus.

Il s’agit du deuxième vaccin chinois à obtenir ainsi le feu vert de l’OMS, ce qui permet de l’intégrer au dispositif international Covax de distributions de sérums anti-Covid notamment dans les pays défavorisés.

«Le monde a désespérément besoin de nombreux vaccins anti-Covid 19 pour faire face aux énormes inégalités autour du monde», a déclaré la docteure Mariangela Simao, la sous-directrice générale de l’OMS chargée de l’accès aux médicaments et aux produits de santé.

L’OMS recommande l’utilisation du vaccin chez les personnes âgées de 18 ans et plus, selon un calendrier de deux doses espacées de deux à quatre semaines, a indiqué l’OMS dans un communiqué.

Les résultats d’efficacité ont montré que le vaccin chinois Sinovac a permis de prévenir la maladie symptomatique chez 51% des personnes vaccinées, et d’éviter les cas graves et l’hospitalisation chez 100% de la population étudiée, selon le Groupe consultatif stratégique d’experts de l’OMS sur la vaccination.

L’OMS avait déjà homologué le vaccin chinois Sinopharm, fabriqué à Beijing, le 7 mai. L’efficacité du Sinovac est de 57% pour prévenir les cas de Covid-19 symptomatiques mais de 100% pour éviter les cas les plus graves et les hospitalisations, sur les populations étudiées, avait précisé l’OMS.

Lire aussi : Le vaccin de Sinovac serait efficace à 99,49% selon une étude thaïlandaise

L’efficacité pour les plus de 60 ans n’a pas pu être évaluée. Ce sérum -de type vaccin chinois inactivé- «est facile à stocker ce qui le rend facile à gérer et particulièrement adapté aux pays qui ont peu de ressources» a souligné l’agence début mai.

D’ailleurs, du fait que peu de personnes de plus de 60 ans ont été recrutées dans les essais cliniques, l’OMS a déclaré que l’efficacité du vaccin Sinovac ne pouvait être estimée dans ce groupe d’âge, ajoutant cependant qu’« il n’y a aucune raison de penser que le vaccin présente un profil de sécurité différent dans les populations plus âgées et plus jeunes ».

L’OMS ne recommande pas de limite d’âge supérieure pour le vaccin chinois, car les données recueillies dans plusieurs pays et les données d’immunogénicité favorables suggèrent que le vaccin a probablement un effet protecteur chez les personnes âgées.

«Le monde a désespérément besoin de plusieurs vaccins COVID-19 pour remédier à l’énorme inégalité d’accès dans le monde», a déclaré Mariangela Simao, sous-directrice générale de l’OMS pour l’accès aux produits de santé.

«Nous exhortons les fabricants à participer à l’installation COVAX, à partager leur savoir-faire et leurs données et à contribuer à la maîtrise de la pandémie», a-t-elle déclaré.

Le vaccin Sinovac est le deuxième vaccin chinois à figurer sur la liste d’utilisation d’urgence de l’OMS, après le vaccin Sinopharm qui a été validé au début du mois dernier.

Le Sinovac est déjà utilisé dans 22 pays et territoires, selon les données collectées par l’Agence France Presse. En plus de la Chine, le vaccin chinois est utilisé en Tunisie, au Chili, au Brésil, en Indonésie, au Mexique, en Thaïlande ou encore en Turquie.