lundi, juillet 15

L’Ukraine, au coeur des échanges entre la Chine et la France

Le président français Emmanuel Macron et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen ont porté la voix de l’Europe sur le conflit en Ukraine lors d’un entretien avec le président chinois Xi Jinping.

Ces dernières semaines, la pression internationale s’est accentuée sur la Chine afin de l’inciter à s’impliquer pour la paix en Ukraine. Car, la Chine est actuellement neutre, car Xi Jinping n’a jamais condamné l’invasion russe ni même parlé au téléphone avec son homologue ukrainien Volodomyr Zelensky. A l’inverse, il s’est rendu il y a peu à Moscou pour y réaffirmer son alliance avec le président russe, aux allures de front anti-occidental.

Reçu par le Premier ministre Li Qiang, Emmanuel Macron «a évoqué le conflit en Ukraine», selon la présidence française. «Dans ces temps troublés que nous traversons», il a souligné «l’importance» du «dialogue entre la Chine et la France». Il s’est ensuite entretenu avec le président de l’Assemblée nationale Zhao Leji, auprès de qui il «a souligné les impacts de la guerre en Ukraine sur la sécurité et les équilibres stratégiques mondiaux».

De son côté, Ursula von der Leyen, reçue par Li Qiang, a souligné que «les relations UE-Chine sont devenues complexes ces dernières années, et il est important qu’on discute ensemble de tous les aspects de cette relation aujourd’hui», surtout dans cet «environnement géopolitique volatil».

Lors de sa rencontre avec Xi Jinping, le président français Emmanuel Macron a déclaré qu’il comptait sur lui pour «ramener la Russie à la raison» vis-à-vis de l’Ukraine. «Je sais pouvoir compter sur vous pour ramener la Russie à la raison et tout le monde à la table des négociations», a indiqué le président français à Xi Jinping.

Les présidents français Emmanuel Macron et chinois Xi Jinping ont appelé le 6 avril à des pourparlers de paix le plus vite possible afin de mettre un terme au conflit en Ukraine, rejetant aussi tout recours à l’arme nucléaire.

Il faut «une reprise des discussions au plus vite pour bâtir une paix durable», a souligné le président français, tandis que son homologue chinois a estimé que «les armes nucléaires ne peuvent pas être utilisées» et condamné toute «attaque contre des civils», dans des déclarations conjointes à l’issue d’un entretien bilatéral à Pékin.

D’ailleurs, le président chinois Xi Jinping s’est dit prêt à appeler son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky le moment venu, a déclaré un diplomate français qui a assisté aux réunions.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a par ailleurs jugé «positif» que le président chinois Xi Jinping, avec lequel elle s’est entretenue, veuille parler à son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky. «Il était donc intéressant d’entendre le président Xi réitérer sa volonté de parler lorsque les conditions et le moment seront propices. Je pense que c’est un élément positif», a-t-elle déclaré.

Toutefois, Ursula von der Leyen a averti que si la Chine fournissait des armes à la Russie en Ukraine, cela «nuirait considérablement» à la relation entre Chine et Union européenne. «Nous comptons sur la Chine pour ne pas fournir d’équipement militaire directement ou indirectement à la Russie, car nous savons tous qu’armer l’agresseur irait à l’encontre des lois internationales et cela nuirait significativement à notre relation», a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse.

Dans une déclaration conjointe, Chine-France, une ligne a été consacrée à la situation en Ukraine : « Les deux parties soutiennent tout effort en faveur du retour de la paix en Ukraine sur la base du droit international et des buts et principes de la Charte des Nations unies ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *