Un navire hongkongais a été saisi et inspecté par les autorités sud-coréennes après un transfert direct et en cachette de pétrole vers un navire nord-coréen dans les eaux internationales, a annoncé Séoul.

Les autorités sud-coréennes ont saisi et inspecté le navire hongkongais Lighthouse Winmore quand celui-ci a fait escale dans le port de Yeosu, à 455 kilomètres au sud de la capitale, après avoir transféré des centaines de tonnes de pétrole raffiné à un navire nord-coréen, a précisé l’agence de presse sud-coréenne Yonhap, citant une source du ministère sudcoréen des Affaires étrangères.

Le bâtiment aurait transbordé jusqu’à 600 tonnes de produits pétroliers à bord d’un navire nord-coréen, le Sam Jong 2, le 19 octobre dernier, dans les eaux internationales entre la Chine et la péninsule coréenne.

À Beijing, le ministère des affaires étrangères a réfuté les informations de la presse concernant des livraisons de pétrole à la Corée du nord par des navires chinois. « La Chine ne permettra pas que des compagnies chinoises violent les résolutions des Nations unies. Et s’il s’avère que des entreprises chinoises ont bien enfreint les sanctions, Pékin agira en conséquence conformément à la loi« , a précisé le ministère chinois.

Selon le quotidien Chosun Ilbo, citant des sources gouvernementales sud-coréennes, les satellites espions américains auraient détecté une trentaine de fois depuis octobre des transbordements entre des bâtiments chinois et nord-coréens.

Le ministère chinois des affaires étrangères a indiqué n’avoir réalisé aucune exportation de produits pétroliers vers Pyongyang en novembre. L’opérateur du Lighthouse Winmore, Lighthouse Ship Management, est établi dans le port chinois de Canton. Contacté par certains médias, la direction n’a fait aucun commentaire et Hua Chunying, porte-parole du ministère des affaires étrangères, a précisé n’avoir aucune information particulière sur ce sujet.

Selon le suivi des données du transport maritime disponible sur le site de l’agence de presse britannique, Reuters, le navire Lighthouse Winmore a principalement effectué depuis août des liaisons entre la Chine et Taïwan. En octobre, au moment des faits allégués par Séoul, son transpondeur, permettant de le suivre à la trace, était éteint.