En 2016, l’Empire du milieu a investi 13 milliards de dollars (12,22 mds €) au Nigéria, d’après l’ambassadeur adjoint de Chine au Nigéria, Jin Ping.

ce dernier a indiqué que les échanges devraient s’intensifier, car Beijing s’est engagé dans plusieurs grands projets de développement comme la voie ferrée Lagos-Ibadan estimé à 1,3 milliard de dollars (1,2 milliards d’€), le projet de distribution de décortiqueuses de riz (306,44 millions d’€) ou encore le projet hydroélectrique de Zungeru (924,96 millions d’€) financé par la China EXIM Bank.

En marge de la visite de Jin Ping à l’Assemblée nationale, le président adjoint du sénat, Ike Ekweremadu, a invité le gouvernement chinois à s’assurer que « tout nigérian employé dans usines chinoises opérant à travers le pays, soit traité de façon équitable et appropriée« .

Président Geoffrey Onyeama du Nigéria et le ministre des AE Wang Yi

« Nous avons des rapports qui font mention de discrimination et de mauvais traitements des Nigérians travaillant dans les usines chinoises. Il est vrai que nous aimerions qu’il y ait plus d’usines chinoises au Nigéria pour booster le secteur privé. Cependant, nous aimerions également que les Nigérians travaillant dans ces usines soient traités comme leurs collègues chinois« , a indiqué Ike Ekweremadu.

En janvier, Beijing a décidé d’injecter 40 milliards de dollars (37,6 mds €) dans l’économie nigériane. Le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi, a indiqué auprès de son homologue nigérian Geoffrey Onyeama à Abuja, que cette enveloppe vient s’ajouter aux 45 milliards de dollars (42,3 mds €) déjà débloqués en vue de financer des projets lancés par le gouvernement d’Abuja, notamment dans le domaine du transport.

De son côté, le président nigérian, Muhammadu Buhari, qui s’est réjoui de l’investissement chinois dans son pays et a appelé à l’implantation d’un plus grand nombre d’entreprises chinoises dans son pays. « Le but étant de bénéficier de l’expertise chinoise dans les domaines, entre autres, des infrastructures, de l’hydroélectricité et dans le secteur manufacturier », a-t-il expliqué.

Pour ce dernier, l’objectif est « de construire une économie nationale diversifiée et davantage forte, la coopération sino-nigériane pourrait prochainement s’étendre à l’agriculture, l’industrie pétrochimique, ainsi que les ressources humaines ».