Un nombre record d’avions militaires chinois, 25 au total, ont pénétré le 12 avril dans la zone d’identification de défense aérienne de Taïwan, a annoncé le gouvernement taïwanais, au lendemain d’un ferme avertissement américain adressé à la Chine.

La présence de ces appareils, parmi lesquels 18 avions de chasse, à quelque 200 km des côtes, a poussé les forces militaires taïwanaises à faire décoller leurs propres aéronefs pour leur intimer l’ordre de partir, a indiqué le ministère de la Défense.

«Cette incursion de l’aviation chinoise, pour le dixième jour d’affilée ce mois-ci, a été la plus vaste en un an», selon les autorités de Taipei.

Washington dénonce la présence chinoise

Elle est survenue après que le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que les États-Unis étaient préoccupés par les «actions de plus en plus agressives» de la Chine contre Taïwan et restaient déterminés à assurer la paix et la stabilité dans la région du Pacifique occidental.

Ce dernier a déclaré le 11 avril que l’administration Biden s’était engagée à faire en sorte que Taïwan «ait la capacité de se défendre». «Ce que nous avons vu, et ce qui nous préoccupe vraiment, ce sont les actions de plus en plus agressives du gouvernement de Pékin contre Taiwan».

Lors d’une interview sur l’émission de NBC Meet the Press, Antony Blinken a assuré que «ce serait une grave erreur pour quiconque d’essayer de changer le statu quo existant par la force.»

Le chef de la diplomatie américaine n’a pas dit si les États-Unis envisageraient une action militaire contre la Chine. Les commentaires de ce dernier interviennent après que les États-Unis ont mis la Chine en garde contre ce que Taïwan et les Philippines ont décrit comme des exercices navals et aériens chinois de plus en plus agressifs.

Manille a critiqué la Chine pour avoir envoyé ce qu’elle a appelé des navires de «milice maritime» dans une vaste zone de la zone économique exclusive des Philippines, alors que Taïwan a déclaré que des avions chinois avaient pénétré dans la zone de défense aérienne de l’île.

Lire aussi : Les Philippines accusent la Chine d’«incursion» dans une zone maritime disputée

Le 12 avril, le transporteur chinois, Liaoning, a également dirigé un exercice naval près de Taïwan. La Chine a déclaré que de tels exercices deviendraient des événements réguliers. De plus, la Chine a imputé l’augmentation des tensions à Washington après avoir déclaré avoir suivi le destroyer USS John McCain à travers le détroit de Taïwan la semaine dernière.

Des avions militaires chinois au-dessus de Taïwan

Les avions militaires chinois, 25 au total, ont pénétré dans la zone d’identification de défense aérienne de Taïwan, a annoncé le gouvernement taïwanais. La zone d’identification de défense aérienne («Adiz», selon son acronyme en anglais) correspond à un espace aérien dans lequel un État souhaite identifier et localiser les aéronefs pour des raisons de sécurité nationale. Les autorités taïwanaises ont signalé des intrusions de plus en plus nombreuses d’avions chinois dans leur Adiz – 380 en 2020.

Taïwan compte 23 millions d’habitants, et est dirigée depuis 1945 par une «République de Chine», instaurée par la Kuomintang, suite à la guerre civile. La «République populaire de Chine», basée à Beijing, considère ce territoire comme une de ses provinces. Et elle atteste qu’elle pourra recourir à la force en cas de proclamation formelle d’indépendance du territoire.

Depuis l’arrivée au pouvoir à Taïwan en 2016 de la dirigeante Tsai Ing-wen, qui refuse contrairement au gouvernement précédent de reconnaître que Taïwan et la Chine continentale font partie d’«une seule Chine», via le Consensus de 1992.

La Chine exerce une pression économique, diplomatique et militaire croissante sur les autorités taïwanaises pour un retour dans son giron et éviter «l’indépendance de Taïwan».

Malgré ses liens diplomatiques avec la Chine, Washington reste le plus important soutien militaire de Taipei. Une loi américaine oblige ainsi les Etats-Unis à aider l’île à se défendre en cas de conflit.