Les réactions sont vives et nombreuses contre la Loi sur la politique des droits de l’homme des Ouïgours 2019 par la Chambre des représentants américaine, adoptée le 4 décembre.

La Maison Blanche

La Chambre des représentants américaine a approuvé le 3 décembre un projet de loi jugé par Beijing « scandaleusement infondé et biaisé » sur la Région autonome ouïgoure du Xinjiang. Pour les autorités, il s’agit d’une « nouvelle tentative flagrante d’utiliser les droits de l’Homme comme prétexte pour intervenir dans les affaires internes de la Chine », a écrit un commentateur de l’agence de presse, Xinhua.

« La diffamation et l’ingérence de Washington ne terniront pas les progrès antiterroristes au Xinjiang et n’atténueront pas la détermination de Beijing à maintenir la stabilité dans la région, préserver sa souveraineté nationale et protéger les droits légitimes du pays à la sécurité et au développement », a conclut ce dernier.

De son côté, la Commission des affaires ethniques et religieuses du Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC) a condamné l’adoption de ce projet de loi sur les questions liées au Xinjiang.

Des membres de la commission, des conseillers politiques de groupes ethniques minoritaires et des représentants de cinq grandes religions en Chine ont dénoncé « les mensonges et le raisonnement erroné du projet de loi et montrant clairement les faits et les vérités ».

« La partie américaine a calomnié les efforts de la Chine dans la déradicalisation et la lutte contre le terrorisme, et a soutenu et encouragé le sabotage caractérisé par l’infiltration et la subversion, les activités terroristes, le séparatisme ethnique et l’extrémisme religieux », ont-ils déclaré.

Pour sa part, la Fondation chinoise pour le développement des droits de l’homme a exprimé « sa vive condamnation et son opposition résolue » face à ce projet de loi. « En ignorant le fait que les droits de l’homme fondamentaux des gens de tous les groupes ethniques au Xinjiang sont bien protégés, la prétendue ‘Loi sur la politique des droits de l’homme des Ouïgours 2019’ déforme et calomnie les efforts du Xinjiang en matière de lutte contre le terrorisme et de déradicalisation », a déclaré la fondation dans un communiqué.

La fondation a prévenu les États-Unis « d’arrêter cette farce politique ridicule qui confond le bien et le mal, et de cesser de menacer et d’interférer dans la souveraineté et les droits de l’homme chinois ».

Le gouvernement populaire de la région autonome ouïgoure du Xinjiang a exprimé « sa vive condamnation et sa ferme opposition à l’adoption d’un projet de loi sur les questions liées au Xinjiang par la Chambre des représentants des États-Unis ».

L’adoption de la « Loi sur la politique des droits de l’homme des Ouïgours 2019 constitue une diffamation gratuite de la situation des droits de l’homme dans le Xinjiang et une ingérence flagrante dans les affaires intérieures de la Chine », a déclaré le gouvernement régional dans un communiqué.