Semiconductor Manufacturing International Corporation (SMIC), le plus grand fabricant de puces chinois, a averti que son activité souffrait de retards et d’incertitudes en raison des restrictions américaines à l’exportation introduites en septembre 2020.

Lire aussi : Washington limite les exports vers le fabricant de puces chinois SMIC

SMIC a signalé une augmentation de 32% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre, soit 1,08 milliard de dollars (972 M€), selon le Financial Times.

Le SMIC, considéré comme l’espoir le plus prometteur de la Chine pour briser la dépendance du pays vis-à-vis des fabricants étrangers, a reconnu qu’il faisait face à des «délais de livraison prolongés ou incertains» pour certains équipements américains ainsi qu’à des retards logistiques dus aux restrictions.

En raison des retards, le fabricant de puces a déclaré qu’il réduirait ses dépenses en capital pour l’année de 12% à 5,9 milliards de dollars (5,3 mds €) contre 6,7 milliards de dollars (6 mds €), alors même que ses revenus pour le troisième trimestre dépassaient les prévisions.

SMIC a profité du stockage de Huawei, un autre grand champion chinois de la technologie et client du SMIC touché par les sanctions américaines.