jeudi, juillet 25

Étiquette : diplomatique

Huawei « refusera » toute demande d’espionnage
SCI/TECH

Huawei « refusera » toute demande d’espionnage

Le président du groupe, Liang Hua, a indiqué lors d'un entretien exclusif à l'Agence France Presse que sa société n'avait "jamais fait l'objet d'une demande" d'espionnage de la part des services de renseignement chinois et qu'il "refusera(it)" toute requête si elle devait lui être faite à l'avenir. "Notre principe suprême est de nous conformer strictement à la loi de chaque pays où nous travaillons", a souligné Liang Hua, ajoutant que la Chine n'avait pas de loi exigeant des entreprises qu'elles fournissent des renseignements aux services d'espionnage. Fondé en 1987 à Shenzhen par Ren Zhengfei, Huawei est présent dans 170 pays, revendiquant 180.000 employés, et dont le chiffre d'affaires a dépassé 100 milliards de dollars en 2018. Huawei s'est tourné dès 1997 vers l'Asie du Su...
Le gouvernement de Hong Kong est « sincère » pour Carrie Lam
Hong Kong, RÉGIONS SPÉCIALES

Le gouvernement de Hong Kong est « sincère » pour Carrie Lam

Le gouvernement de Hong Kong est «vraiment sincère dans sa volonté d’initier une plateforme de dialogue avec tous les membres du public, y compris les manifestants» , a affirmé, Carrie Lam, cheffe de l’exécutif de Hong Kong, lors d'un point presse. Cette dernière a déclaré que certains groupes avaient montré leur volonté de communiquer avec le gouvernement, ajoutant que le dialogue était en cours. «La violence n'aide pas à résoudre les problèmes de la société», a-t-elle indiqué. Carrie Lam a promit de multiplier les dialogues avec des personnes de différents horizons et ayant des opinions différentes pour résoudre le «fond» du problème. «Pour aller de l'avant et remédier à la fracture sociale, davantage de discussions sont nécessaires. Nous nous préparons à nous rendre dans les co...
Les mers de Chine au coeur des échanges de l’ASEAN
Mers de Chine

Les mers de Chine au coeur des échanges de l’ASEAN

Selon des sources diplomatiques, citées par l'Agence France Presse, le Vietnam souhaiterait un langage plus ferme envers Beijing et sa présence croissante en mer de Chine méridionale. Le Vietnam a appelé les autres pays d'Asie du Sud-Est à durcir le ton face à l'expansionnisme chinois en mer de Chine méridionale, avant l'ouverture à Manille d'un La veille de l'ouverture du forum de l'ASEAN, Hanoi aurait tenté d'influer les Philippines, afin qu'elles cessent d'être magnanime vis-à-vis de la Chine. Depuis l'arrivée au pouvoir de Rodrigo Duterte, Manille cherche à s'allier aux autorités chinoises, pour attirer des milliards de dollars d'aide et d'investissements. Dans un communiqué, publié que Vietnam+, le vice-Premier ministre et ministre vietnamien des Affaires étrangères, Pham Binh M...
La Tunisie compte sur la Chine pour son développement
MONDE

La Tunisie compte sur la Chine pour son développement

La Tunisie pourrait émettre un emprunt obligataire sur le marché financier chinois afin de financer des projets de développement économique, a annoncé la Banque centrale de Tunisie (BCT), dans un communiqué publié le 13 décembre. "Le gouverneur de la BCT, Chedly Ayari et son homologue chinois, Zhou Xiachuan, ont examiné la possibilité d’émettre un emprunt obligataire sur le marché financier chinois, ce qui permettra de mobiliser des fonds pour le financement des projets de développement économique en Tunisie", a précisé la BCT. Les deux gouverneurs ont signé un accord de swap de devises (yuan/dinar tunisien) "dans le but de régler une partie des opérations commerciales et financières en monnaie nationale; ce qui permettra d’atténuer les risques de change pour les deux parties et d’in...
Kim Jong-un, trop gros pour les chinois
Asie/Pacifique, SOCIETE

Kim Jong-un, trop gros pour les chinois

Les internautes chinois ne cessent de se moquer de l'embonpoint du dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, le qualifiant de "Jin San Pan" (Gros Kim le troisième). Une raillerie qui porte sur les nerfs des responsables nord-coréens qui ont sommé Beijing de censurer l'expression sur le net chinois. D'après le média russe, RT, l'affaire est prise très au sérieux, poussant même le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a expliqué lors d’une conférence de presse que le surnom n’était pas conforme à la réalité. "Ce que je veux souligner, c’est que la Chine s’est toujours consacrée à la construction d’un environnement rationnel, cultivé et sain pour l’opinion publique […] Pékin n’approuve pas que l’on insulte ou ridiculise le leader d’un pays étranger", a-t-il déclaré selon Associated P...