Les internautes chinois ne cessent de se moquer de l’embonpoint du dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, le qualifiant de « Jin San Pan » (Gros Kim le troisième). Une raillerie qui porte sur les nerfs des responsables nord-coréens qui ont sommé Beijing de censurer l’expression sur le net chinois.

D’après le média russe, RT, l’affaire est prise très au sérieux, poussant même le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a expliqué lors d’une conférence de presse que le surnom n’était pas conforme à la réalité.

« Ce que je veux souligner, c’est que la Chine s’est toujours consacrée à la construction d’un environnement rationnel, cultivé et sain pour l’opinion publique […] Pékin n’approuve pas que l’on insulte ou ridiculise le leader d’un pays étranger« , a-t-il déclaré selon Associated Press.

L’agence de presse américaine a indiqué que les internautes étaient parvenus à contourner l’interdiction en n’usant plus de terme tels que « grassouillet », « rond » et « gros ». Mais « Kim Fat Fat Fat » (Kim gros gros gros) est toujours accessible.