Le ministère taïwanais des affaires étrangères a condamné le 15 avril « les propos mensongers » de l’ambassade de Chine en France à propos de Taïwan.

D’après le ministère, l’ambassade de Chine en France a affirmé le 12 avril sur son site internet et sur son compte Twitter officiel que «les autorités taïwanaises, soutenues par plus de 80 parlementaires français dans une déclaration co-signée», avaient «utilisé le mot « nègre » pour s’en prendre» au directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Le ministère des affaires étrangères a assuré le 15 avril regretter profondément et condamner fermement » ce « mensonge sans fondement» qui «salit la réputation» de Taïwan.

« La manière dont Taïwan a jusqu’ici réussi à contenir l’épidémie de Covid-19 a été saluée à l’échelle internationale. Ce sont désormais 87 parlementaires français », a-t-il indiqué, qui ont signé l’appel à laisser Taïwan participer à la prochaine Assemblée mondiale de la santé et plus largement à l’ensemble des activités, mécanismes et réunions de l’OMS.

L’appel a été publié sous forme de tribune le 31 mars dans le quotidien français L’Obs et ne mentionne pas le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. « Il va sans dire qu’il ne comprend aucune attaque personnelle ni aucun propos discriminatoire envers le directeur général de l’OMS », a souligné le ministère.

Le 8 avril, Tedros Adhanom Ghebreyesus avait indiqué être victime depuis trois mois d’attaques racistes en ligne, attaques dont il a situé l’origine à Taïwan sans toutefois présenter de preuves appuyant cette affirmation.

Il a aussi accusé le ministère taïwanais des Affaires étrangères «d’être au courant de cette campagne et de ne pas s’en être dissocié», une accusation rejetée en bloc par le gouvernement taïwanais.

Selon un rapport d’enquête publié par le Bureau d’enquête du ministère taïwanais de la Justice du 10 avril, « une armée de trolls chinois pourrait être derrière certains propos haineux proférés en ligne contre le directeur général de l’OMS. Ces trolls n’ont en effet pas hésité à se faire passer pour des internautes taïwanais présentant leurs excuses à Tedros Adhanom Ghebreyesus au lendemain de sa déclaration ».