Le gouvernement chinois a dénoncé les propos « irresponsables » des Etats-Unis l’accusant de déstabiliser les relations sino-taïwanaises après la rupture des relations diplomatiques entre le Salvador et Taipei au profit de la Chine.

« Les Etats-Unis vont continuer à s’opposer à la déstabilisation par la Chine des relations sino-taïwanaises et à son ingérence politique dans l’hémisphère occidental », a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué.

« C’est une décision qui affecte non seulement le Salvador, mais aussi la santé économique et la sécurité de l’ensemble de la région des Amériques », a ajouté Washinton, précisant que les Etats-Unis allaient réévaluer leurs liens avec le Salvador.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a vivement réagi aux « remarques irresponsables » de la Maison Blanche, se demandant « n’est-ce pas là une ingérence dans les affaires intérieures du Salvador? ».

Le porte-parole du ministère, Lu Kang a conseillé « à certaines personnes de respecter le droit des autres pays de décider de leurs propres affaires intérieures et extérieures, et d’arrêter leurs actions hégémoniques ».

A l’annonce de la rupture des relations entre le Salvador et Taïwan, la dirigeante Tsai Ing-wen a déclaré que « le gouvernement avait travaillé sans relâche à maintenir des relations officielles avec le Salvador et éviter que le pays d’Amérique centrale ne devienne la victime des politiques inter-détroit ».

Or « l’intérêt du Salvador pour l’établissement de liens diplomatiques avec la Chine était connu depuis un certain temps. Malgré l’aide de pays et de partenaires bienveillants, les efforts diplomatiques ont échoué à prévenir ce triste résultat », a expliqué cette dernière.

Lors d’une conférence de presse spéciale organisée au Palais présidentiel de Taipei afin d’évoquer la fin des relations entre Taiwan et le Salvador, Tsai Ing-wen a souligné que « Taïwan doit pouvoir avoir sa place dans le monde et sa population a le droit à l’égalité, la dignité, la liberté et la souveraineté. Les menaces ne pousseront pas le peuple taïwanais à abandonner ses droits, et ne le décourageront pas non plus de s’engager et de contribuer à la communauté internationale ».