dimanche, mars 24

Tensions entre Manille et Pékin au-dessus de la mer de Chine

Un avion des garde-côtes philippins transportant des journalistes volait au-dessus des îles Spratleys le 9 mars, quand un bateau chinois a ordonné : « Partez immédiatement« .

Cet incident en mer de Chine méridionale, disputée par les deux pays, survient après les accusations de Manille au cours du mois de février lorsqu’un navire chinois a pointé un « laser » militaire sur ses garde-côtes, à une vingtaine de kilomètres de l’atoll Second Thomas occupé par des soldats philippins.

Lire aussi : Les Philippines préoccupées par Pékin en mer de Chine méridionale

L’Agence France Presse était présent à bord de l’avion qui a survolé le 9 mars une partie des dizaines d’îles et de récifs dont les Philippines, la Chine et d’autres pays revendiquent la souveraineté. L’ordre de partir a été donné 1.000 mètres plus bas par un opérateur radio à bord d’un bateau des garde-côtes chinois.

Les contentieux en mer de Chine méridionale ne sont pas rares. Pékin revendique la quasi-totalité de cette mer, y compris les îles Spratleys, rejetant le jugement international selon lequel ses prétentions n’ont pas de fondement légal.

Lire aussi : Détails du verdict du Tribunal de la CPA

Ainsi la Chine a réaménagé et militarisé des milliers d’hectares de récifs de l’archipel où des pistes d’atterrissage, ports et systèmes radar ont été repérés.

Des centaines de navires des garde-côtes et vaisseaux de l’armée chinoises sont présents dans la zone, afin d’éloigner les pêcheurs et les autres bateaux. Ils tentent également de faire partir les avions étrangers de l’espace aérien au-dessus de cette partie de la mer.

Ce contentieux pourrait tenir la nouvelles démarche engagée par les Philippines, afin renforcer la relation avec la Chine. Le président philippin, Ferdinand Romualdez Marcos, a souhaité en janvier 2023 voir son pays et la Chine renforcer leurs relations au cours de l’année en cours.

« Permettez-moi d’adresser mes salutations les plus chaleureuses alors que nous abordons le Nouvel An chinois », a déclaré ce dernier dans un message vidéo lors d’une célébration organisée par l’ambassade de Chine aux Philippines marquant à l’avance le Nouvel An chinois, qui débutera le week-end prochain.

« Cette occasion offre une opportunité d’examiner la richesse culturelle et historique des relations unissant les peuples des deux pays et de mieux les renforcer », selon Ferdinand Romualdez Marcos.

De son côté, la vice-présidente philippine Sara Duterte a déclaré que l’année du Lapin à venir « marque un nouveau départ et un rajeunissement » pour les peuples de Chine et des Philippines. Elle a également indiqué qu’elle espérait, avec la visite d’Etat du président philippin en Chine au début du mois de janvier, un rapprochement des relations entre les Philippines et la Chine « sur la base de la confiance et du respect mutuels ».

L’ambassadeur de Chine aux Philippines, Huang Xilian, a lui souligné la nécessité de « consolider le consensus important » établi lors de la visite de Ferdinand Marcos à Beijing pour atteindre « des niveaux supérieurs ».

« Approfondir la coopération amicale est ce que désirent nos peuples », a déclaré ce dernier, ajoutant que les deux parties devraient promouvoir davantage les échanges entre les peuples. « Nous sommes des voisins que rien ne peut éloigner. Par conséquent, nous avons toutes les raisons de partager un voisinage pacifique et aucune raison de s’opposer l’un à l’autre », a ajouté le diplomate chinois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *