La Chine a décidé d’imposer des sanctions aux entreprises américaines impliquées dans les dernières ventes d’armes à Taïwan ainsi qu’aux individus et entités jouant un « rôle ignoble » dans le processus, comme « mesures nécessaires » pour protéger ses intérêts nationaux, a déclaré Zhao Lijian, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Ministère des affaires étrangères à Beijing

La Chine a annoncé ces sanctions à la suite du projet de vente d’armes à 1,5 milliard d’euros à Taïwan, île revendiquée par la Chine. Les géants de l’armement Lockheed Martin, Boeing Defense et Raytheon figurent parmi les entreprises ciblées.

Selon le porte-parole, « comme l’a souligné la Chine à de nombreuses reprises, les ventes d’armes des Etats-Unis à Taïwan violent gravement le principe d’une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, et sapent la souveraineté et les intérêts de sécurité de la Chine ».

Les États-Unis ont donné leur feu vert à cette livraison de missiles et autres équipements à Taipei. Taïwan est peuplée de quelque 23 millions d’habitants. Elle est dirigée depuis 75 ans par un régime qui s’y était réfugié après la prise du pouvoir des communistes en Chine continentale, durant la guerre civile chinoise.

Lire aussi : Washington confirme sa vente d’arme à Taïwan

« Nous nous opposons fermement à cette pratique et nous la déplorons », a déclaré Zhao Lijian. « La Chine exhorte une fois de plus la partie américaine à respecter son engagement à l’égard du principe d’une seule Chine et les dispositions des trois communiqués conjoints sino-américains, et à cesser les ventes d’armes à Taïwan et tout contact militaire avec l’île », a indiqué ce dernier.

« Nous continuerons à prendre des mesures nécessaires pour sauvegarder notre souveraineté nationale et nos intérêts de sécurité », a ajouté le porte-parole. La Chine considère Taïwan comme une de ses provinces et assure recourir à la force en cas de proclamation formelle d’indépendance ou d’intervention extérieure, notamment américaine.