Le président Xi Jinping s’est entretenu au téléphone avec son homologue philippin, Rodrigo Duterte, assurant que la « confiance mutuelle » entre Beijing t Manille était optimal, et le « dialogue » sur le différend frontalier en mer de Chine du sud était en cours.

Cet échange téléphonique a eu lieu quatre jours après l’invitation à se rendre à Washington du président américain, Donald Trump, à Rodrigo Duterte.

« Actuellement, les deux pays renforcent leur confiance politique mutuelle et coopèrent dans différents domaines« , a indiqué Xi Jinping, ajoutant que « des canaux de dialogue et de consultation sur la question de la mer de Chine méridionale ont également été établis« .

Beijing revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, s’opposant aux prétentions des Philippines, au Vietnam, au Brunei, et à la Malaisie, qui contrôlent chacun plusieurs îles de cette zone stratégique.

Cette question était un dossier épineux entre Manille et Beijing sous la présidence de Benigno Aquino, or désormais Rodrigo Duterte a décidé de détendre les relations, en assurant vouloir tourner le dos à l’allié historique américain et se rapprocher de la Chine.

D’ailleurs, suite à la visite de Rodrigo Duterte  en Chine en octobre 2016, les échanges entre les deux nations se sont intensifiées. Plusieurs entreprises chinoises ont annoncé leur intention d’acheter cette année pour 1,7 milliard de dollars (1,6 mds €) de produits philippins, selon l’ambassade de Chine aux Philippines.

Des investissements chinois dans les infrastructures sont envisagés ainsi sur des éventuelles fournitures d’armement. En 2015, avant l’arrivée de l’actuel président philippin, la Chine était le 2ème partenaire commercial des Philippines, représentant 13,6% de ses échanges. Les exportations philippines vers la Chine avaient totalisé 6,17 milliards de dollars (5,8 mds €), les importations de produits chinois quelque 11,47 milliards (10,8 mds €).

Cette nouvelle alliance est une aubaine pour Beijing, qui ramène dans son giron un ancien allié américain. De son côté, Rodrigo Duterte espérer aboutir à un « code de conduite » d’ici la fin de l’année.  Un accord est en cours de discussion avec la Chine, afin de définir des règles pour éviter une montée des tensions en mer de Chine méridionale.