Un universitaire a été libéré, après avoir critiqué le président Xi Jinping et la gestion jugée mauvaise de l’épidémie de Covid-19.

Zhangrun, professeur de droit

Employé par la prestigieuse université Tsinghua à Pékin, Xu Zhangrun est l’un des rares universitaires à oser critiquer ouvertement le Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir.

Lire aussi : Washington exhorte la Chine à libérer le professeur Xu Zhangrun

Ce professeur de droit avait été arrêté chez lui le 6 juillet par la police. Après une semaine de détention, il a pu regagner son domicile à Beijing le 12 juillet. Selon ses proches, il se porte bien.

Xu Zhangrun avait fait publier début 2020 un recueil de ses textes à Hongkong. Il y critiquait ce qu’il présentait comme un accaparement du pouvoir par Xi Jinping depuis son arrivée au pouvoir à la fin de l’année 2012.

D’après l’Agence France Presse, il avait écrit en février 2020 n article dénonçant la culture de la mise en scène et de la censure installée par Xi Jinping. Selon lui, c’est cette culture qui aurait contribué à la propagation de la maladie Covid-19 dans le pays.

La Chine est «dirigée par un seul homme» qui «gouverne de manière tyrannique», écrivait notamment Xu Zhangrun. Dans un texte diffusé sur internet en 2018, il avait aussi dénoncé l’abolition par l’Assemblée populaire nationale la même année de la limite de deux mandats présidentiels.

Lire aussi : La contestation interne au PCC s’élève

Un changement constitutionnel permettant à Xi Jinping de se maintenir au pouvoir sans limite de temps. La femme du professeur avait reçu le 6 juillet un appel d’une personne se présentant comme un policier et justifiant l’arrestation de son mari par le fait qu’il aurait eu recours aux services d’une prostituée, avait déclaré un proche à l’AFP.