Les TongQi (同妻) sont des femmes hétérosexuelles mariées à des hommes homosexuels, elles doivent chaque jour faire face à la sexualité de leurs époux et à leurs propres besoins.

Une équipe de recherche en anthropologie sociale de l’École des sciences humaines a travaillé durant trois ans sur un rapport inédit, publié en avril 2015 par l’Institut de Technologie de Harbin, sur la communauté des TongQi. Depuis quelques années, il a été dénombre entre 30 à 40 millions d’homosexuels en Chine, la majeure partie est lié dans des mariages de façade pour répondre aux pressions sociales.

Le rapport révèle l’existence de 16 millions de chinoises vivant au côté d’un homosexuel. La plupart subissent des violences domestiques, n’ont peu ou pas de rapport sexuel avec leur conjoint et surtout elles doivent poursuivre l’éthique familiale traditionnelle. Les chercheurs ont mit en évidence une réelle souffrance, à travers 173 entretiens en ligne de tongqi.

Les données ont permis de déterminer que 90% d’entre elles souffrent de violences domestiques, 30% n’ont aucune vie sexuelle dans le cadre de leur mariage, et seulement 31,2% ont choisi de divorcer.

Cité par l’agence de presse Xinhua, Tang Kuiyu, professeur de sociologie à l’Institut de Technologie de Harbin et responsable en chef de l’étude, explique que « l’homosexualité n’est pas encore reconnue par les valeurs universelles de la société, ce qui fait des tongqi, un groupe social encore plus marginalisé ». L’étude a révélé que « le maintien et la dissolution, de ce genre de mariage, font face à des difficultés et de la détresse, différentes de celles qu’éprouvent les gens ordinaires ».

Selon les chercheurs, si ces femmes restent mariées, ce sont principalement pour des raisons financières ou pour les enfants eus pendant le mariage. D’après Tang Kuiyu, « la tragédie des tongqi n’est pas de vivre avec un homosexuel, mais l’influence que la morale traditionnelle et l’hégémonie hétérosexuelle font peser sur les choix de vie des homosexuels, et que la résolution du problème des tongqi dépend toujours de la compréhension socio-culturelle et de l’acceptation des homosexuels en Chine ».

D’après la première sexologue du pays, Liu Dalin, 90% des 30 à 40 millions d’homosexuels dans le pays sont ou vont se marier. Cette dernière affirme que l’ensemble des homosexuels nés avant et pendant la Révolution Culturelle, sont mariés aujourd’hui. Cette situation s’explique par la piété filiale et la pression d’avoir des enfants qui restent intacts. Pour la plupart des personnes homosexuelles, un coming-out n’est pas envisagé.

De son côté, Li Yinhe, sexologue et sociologue, explique que parmi les 20 millions d’hommes homosexuels en Chine, 80% d’entre eux sont mariés à des femmes, parce qu’ils doivent continuer la lignée familiale. Cette dernière a révélé sur son blog en 2009 que « la condition des tongqi est extrêmement tragique ». La sociologue a révélé le témoignage d’une femme, qui doute de ses capacités à attirer les hommes, parce que son mari ne la regarde pas, ne la touche pas.

Des mariages sans amour

Le couple traditionnel vole en éclat

Pour le sexologue et défenseur des droits des homosexuels, Zhang Beichuan, ces mariages sont une torture à la fois pour la femme et le mari gay. Très souvent, l’homme a une double vie, tout comme les lesbiennes qui peuvent tout de même feindre le plaisir sexuel. Mais, dans tous les cas, ce sont des mariages sans amour et difficile à vivre.

Dans de très nombreux cas, le Tongqi ne connait pas la sexualité de son époux, elle fera tout pour le stimuler, souvent en vain. Un groupe de soutien a récemment été créé à Pékin, afin d’apporter un soutien moral aux femmes, qui entrent dans de profonde dépression, parce que leurs maris ne peuvent pas les aimer et avoir de relations sexuelles avec elles.

Chuang Wai, 27 ans, éditrice vivant à Xi’An, a épousé son mari en 2007 et divorcé un an plus tard après avoir appris qu’il était gay. « Quand j’ai rencontré mon mari, il était si poli, attentionné et prévenant » dit-elle, mais son manque d’intérêt sexuel envers elle était alarmant. Elle finit par le trouver en train de surfer sur des sites gays. « J’ai essayé de parler avec lui au sujet de son problème et de notre mariage, mais à chaque fois, on finissait par se disputer. Je ne me souviens plus combien de fois, il a été violent avec moi, j’ai été blessé grièvement quatre ou cinq fois. Avant notre mariage, il était très gentil et je me suis senti vraiment adoré » a-t-elle expliqué.

Certains trouvent des astuces. Par exemple, un homme et une femme, tous deux homosexuels, se marient et vivent une double vie. Devant les gens, ils apparaissent comme un couple hétérosexuel heureux. Ce compromis est peut être un mensonge, mais il n’y a pas de déception dans la relation, car ils satisfont leurs besoins physiques et émotionnels. Cependant, la majorité fait semblant et épouse un conjoint conformément aux pressions sociales.