Le gouvernement chinois a commandé 300 avions à Airbus AIR.PA, lors de la récente visite d’Etat du président Xi Jinping en France.

Cette commande a été gonflée par la répétition de contrats existants et la prise en compte d’accords seulement validés préalablement par les autorités chinoises sans être finalisés, ont dit à Reuters deux sources proches du dossier.

D’autant que l’accord avec Airbus s’apparente à la commande de 300 appareils à Boeing BA.N annoncée pendant une visite à Beijing du président américain Donald Trump en 2017. D’autant plus que le chiffre global de cet « accord cadre » avec Airbus a été établi en partie en raison de considérations politiques, ont dit ces sources.

Cette commande globale à Airbus est censée représenter environ 35 milliards de dollars (31,24 milliards d’euros) aux prix catalogue mais le montant des contrats réels nouveaux est plus faible, ont indiqué des sources à l’agence de presse, Reuters.

La commande passée serait une répétition de contrat déjà annoncé.
Parmi les commandes figure la vente de 10 A350 à un acquéreur non identifié, qui correspond à l’achat de 10 appareils par la compagnie Sichuan Airlines annoncé lors du salon aéronautique de Farnborough, en Angleterre, en 2018.

Airbus a refusé de s’exprimer en détail sur cette commande de 300 avions, car elle pourrait comporter des failles. Cette commande « crée le cadre de validation des commandes d’appareils par des compagnies chinoises, qu’il s’agisse de commandes existantes ou de commandes à venir« , a répondu un porte-parole à Reuters.