La police de Hong Kong a arrêté cinq responsables du journal d’opposition, « Apple Daily », sur des accusations de « collusion avec des parties étrangères ».

D’après l’Apple Daily, « des centaines d’agents de la police ont fait une descente dans les bureaux, tôt dans la journée du jeudi, et arrêté le PDG Cheung Kim-hung et le directeur des opérations, Royston Chow ».

La police de Hong Kong  a également arrêté le rédacteur en chef Ryan Law, l’éditeur associé, Chan Pui-man et le directeur de la plateforme numérique Cheung Chi-wai, a indiqué le journal.

Citant Steve Lee, chef de l’Unité de sécurité nationale de la police provinciale, le journal a rapporté que « l’Apple Daily a publié plus de 30 articles appelant à des sanctions étrangères contre la Chine, en raison de la nouvelle loi sur la sécurité nationale ».

« Les articles incriminés jouent un rôle crucial dans le complot », a indiqué le responsable, notant que les autorités de Hong Kong avaient gelé 2,32 millions de dollars d’actifs appartenant au journal Apple Daily, au Apple Daily Printing et AD Internet.

Selon l’Agence Anadolu, le commissaire principal Steve Lee a accusé le journal d’utiliser « la presse comme un outil pour menacer la sécurité nationale » et une « ombrelle » pour se protéger.

De son côté, le syndicat « Next Media« , qui regroupe des salariés travaillant pour le groupe, a condamné la descente policière, en la qualifiant de « violation flagrante de la liberté de la presse » à Hong Kong.

Par voie de communiqué Next Media a indiqué que « sur une simple présomption que certains articles de presse précédents avaient violé la loi sur la sécurité nationale, [la police] traite le comité de rédaction comme des criminels, le travail journalistique comme un crime et la salle de rédaction comme une scène de crime ».

Le journal « Apple Daily » appartient au magnat des médias et homme d’affaires de Hong Kong Jimmy Lai. Le 28 mai dernier, Jimmy Lai, actuellement en détention, a été condamné à 14 mois de prison, pour sa participation à des manifestations anti-gouvernementales en 2019. Sa peine a ensuite été alourdie à vingt mois de prison.

Lire aussi : Jimmy Lai a été condamné à 14 mois de prison à Hong Kong

Dans une autre affaire, Jimmy Lai fait également face à des accusations de « collusion avec des forces extérieures ou étrangères » et de « violation de la loi sur la sécurité nationale » de Hong Kong.

Le 30 juin 2020, le président chinois Xi Jinping a signé la loi controversée sur la sécurité nationale de Hong Kong, renforçant l’influence du gouvernement de Chine continentale à Hong Kong.

Après l’ère de l’occupation britannique, Hong Kong gère désormais ses affaires intérieures de manière indépendante, mais elle est placée sous l’égide de la Chine dans sa politique étrangère et sa défense.