La vice-présidente des États-Unis Kamala Harris a rencontré le président des Philippines Ferdinand « Bongbong » Marcos Jr à Manille le 21 novembre, assurant un engagement «indéfectible» de son pays envers les Philippines.

Kamala Harris est la plus haute responsable américaine à se rendre à Manille depuis l’arrivée au pouvoir, en juin, de Ferdinand Marcos Jr. Cette visite est le signe d’un rapprochement entre les deux alliés après des années de relations tendues sous la présidence de Rodrigo Duterte, plus favorable à Pékin. La vice-présidente a également rencontré son homologue philippine Sara Duterte, la fille de l’ancien dirigeant.

Lire aussi : La Chine dit gérer correctement les différends en mer de Chine méridionale

«Nous sommes à vos côtés pour défendre les règles et les normes internationales relatives à la mer de Chine méridionale», a déclaré Kamala Harris à Ferdinand Marcos, ajoutant qu’«une attaque contre les forces armées, les navires publics ou les avions philippins en mer de Chine méridionale déclencherait l’engagement en matière de défense mutuelle… c’est notre engagement indéfectible envers les Philippines».

De son côté, Ferdinand Marcos a affirmé ne pas envisager «d’avenir pour les Philippines sans les États-Unis». Washington a une relation de longue date et compliquée avec la famille Marcos. En effet, le dictateur Ferdinand Marcos, père de l’actuel président, a dirigé l’ex-colonie américaine durant une vingtaine d’année avec le soutien de Washington, qui le considérait comme un allié face au bloc communiste pendant la guerre froide.

Lire aussi : Les Philippines ont déposé une protestation diplomatique contre la Chine

Depuis l’arrivée au pouvoir du nouveau chef de l’État, Washington cherche à renforcer son alliance avec Manille, dans un contexte de tensions régionales croissantes, notamment avec la Chine. Pour assurer leur coopération, un traité de défense et un pacte ont été signé en 2014, connu sous l’acronyme EDCA, permettant à l’armée américaine de stocker des équipements et des fournitures de défense sur plusieurs bases philippines. De plus, les troupes américaines peuvent accéder à cinq bases militaires de l’archipel.

Mit de côté sous la présidence de Rodriguo Duterte, les États-Unis et les Philippines ont depuis fait le vœu d’accélérer son application. «Nous avons identifié de nouveaux emplacements et avons entamé un processus avec les Philippines pour les finaliser», a déclaré un responsable américain aux journalistes sous couvert d’anonymat, avant la visite de Kamala Harris à Manille. «Les États-Unis ont alloué plus de 82 millions de dollars pour le fonctionnement (des bases existantes) et d’autres suivront», a-t-il ajouté.

La vice-présidente américaine a rencontrera des garde-côtes philippins et se rendra ce 22 novembre sur l’île de Palawan, située face aux eaux très disputées de la mer de Chine méridionale. La Chine revendique la souveraineté sur la quasi-totalité de cette mer, dont les Philippines, le Vietnam, la Malaisie et Brunei en revendiquent certaines parties.

Interrogée lundi sur la visite de Kamala Harris, une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Mao Ning, a déclaré que la Chine «n’est pas opposé aux échanges entre les États-Unis et les pays de la région». «Mais ces échanges doivent être propices à la paix et à la stabilité régionales et ne doivent pas nuire aux intérêts des autres pays», a-t-elle souligné lors d’une conférence de presse régulière.

Pékin ignore la décision d’une cour d’arbitrage datant de 2016, selon laquelle ses revendications en mer de Chine méridionale n’ont aucune base juridique. Kamala Harris «réaffirmera la force de l’alliance et notre engagement à faire respecter l’ordre international fondé sur des règles, en mer de Chine méridionale et dans la région indo-pacifique au sens large», a déclaré le responsable américain, en référence à la région Asie-Pacifique.

Concernant le fait que la Chine est devenue plus agressive qu’auparavant, Mao Ning a indiqué qu’il y a « une grande continuité et stabilité dans les politiques de la Chine. La Chine a toujours été un bâtisseur de la paix mondiale, un défenseur de l’ordre international et un contributeur au développement mondial ».

« Le président Xi Jinping a souligné que, dans son allocution écrite prononcée hier lors du sommet des chefs d’entreprise de l’APEC, l’importance est de suivre la voie du développement pacifique, de l’ouverture, de l’inclusion et de la solidarité », a indiqué cette denrière.