Le ministère de finances va réduire de 25% à 15% ses droits de douane sur les automobiles importées à compter du 1er juillet.

Cette déclaration intervient quelques jours après l’annonce d’un armistice avec les Etats-Unis suite à une possible guerre commerciale. Le président Xi Jinping avait d’ailleurs annoncé début avril une baisse «considérable» des taxes à l’importation des voitures en Chine cette année.

Dans un communiqué, le ministère a précisé que les droits de douane seraient également réduits pour l’importation de pièces détachées automobiles. Cette mesure a été prise «afin de poursuivre les réformes et l’ouverture, de promouvoir la réforme de l’offre ainsi que la transformation et la modernisation du secteur et de répondre à la demande des consommateurs».

Les Etats-Unis imposent des droits de douane de 2,5% à l’importation des automobiles. Alors qu’actuellement  les voitures importées en Chine font l’objet d’une taxe prohibitive de 25%, qui est au cœur de la tension Washington. En effet, le président Donald Trump cite souvent ce secteur pour dénoncer la politique commerciale «protectionniste» de Beijing.

La Chine, où s’ouvre mercredi le salon de Pékin, reste de loin le premier marché automobile mondial, que se disputent âprement les constructeurs étrangers et des marques chinoises montées en puissance, sur fond de net ralentissement des ventes.

D’autant plus que la Chine est le premier marché de l’automobile au monde, avec 28,9 millions de véhicules écoulés 2017 dans tout le pays, soit une hausse de 3%, selon l’Association chinoise des constructeurs automobiles (CAAM).