Le Séminaire 2018 sur le modèle de développement chinois s’est ouvert ce 23 mai à Antananarivo. Organisé par le ministère chinois du Commerce et le Centre de coopération internationale de la Commission nationale du développement et de la réforme de Chine, représenté par son inspecteur Li Haiyan, les participants chinois et malgaches vont débattre de la relation sino-malgache jusqu’au 5 juin.

Lors de la cérémonie d’ouverture, Yang Xiaorong, ambassadrice de Chine à Madagascar, s’est «sûre que vous trouverez une première réponse après le séminaire». Cette dernière a expliqué que depuis son arrivée en 2016, de nombreuses personnalités lui ont demandé comment la Chine est devenue la deuxième puissance économique mondiale alors qu’elle était un pays pauvre.

«Il y a 40 ans, la Chine était plus pauvre que Madagascar avec un produit intérieur brut par habitant de 220 dollars contre 400 dollars pour les malgaches», a-t-elle déclaré dans son allocution.

L’ambassadrice a indiqué que ce premier séminaire répond «à l’appel des ministres qui étaient en Chine l’année dernière pour le séminaire des fonctionnaires supérieurs malgaches, afin d’aider plus d’amis malgaches à connaître et comprendre le modèle chinois et à renforcer la confiance mutuelle».

De son côté, Maminjatovoniaina Désiré, secrétaire d’Etat auprès du ministère des Affaires étrangères de Madagascar, chargé de la coopération et du développement, a assuré que «Madagascar, qui est toujours à la recherche d’une voie pour son développement, est intéressé au plus haut point par le modèle chinois», et non plus celui de la France.

Devant le parterre de participant issus de plusieurs ministères du gouvernement malgache, il a assuré «saisissez cette opportunité qui vous est offerte pour connaître davantage ce grand pays, ce grand ami de Madagascar et les secrets de sa réussite. Vous allez pouvoir faire des comparaisons avec notre système et en tirer des observations».