Faute d’invitation à l’Assemblée mondiale de la santé (AMS) qui se tient à Genève depuis le 21 mai, les représentants taïwanais se sont tout de même rendus sur place pour faire pression sur les dirigeants de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Au cours des deux premiers jours de travaux, les autorités taïwanaises ont eu le soutien de 16 pays alliés et amis, dont le ministre de la Santé de l’Allemagne, Jens Spahn, qui a déclaré que «les défis posés par la santé globale ne s’arrêtent pas aux frontières. L’OMS devrait être un endroit ouvert à tous les acteurs concernés et capables de contribuer à les résoudre».

L’Association médicale mondiale (AMM), représentant 114 associations médicales nationales et entités constituantes du monde entier, a lancé un appel pour faire admettre Taïwan à l’AM), l’organe décisionnel de l’OMS.

Dans cette lettre, le président de l’AMM, Yoshitake Yokokura, et la présidente du Conseil de l’AMM, Ardis Hoven, ont constaté qu’après avoir accordé le statut d’observateur pendant plusieurs années à Taïwan, la République de Chine a été «écarté des débats la délégation de Taiwan. Nous craignons que la participation de Taïwan aux activités de l’OMS pour assurer la santé mondiale ne soit extrêmement limitée. Seules des raisons politiques peuvent expliquer de telles restrictions. Or, en qualité de médecins, nous rejetons l’idée d’une instrumentalisation politique de la santé mondiale».

172 membres de la Chambre des représentants des Etats-Unis, d’une part, et 13 membres du Sénat des Etats-Unis, d’autre part, ont écrit au directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, pour soutenir la demande de Taïwan de participer comme observateur à l’AMS.

«Taïwan […] est un participant important des efforts globaux pour prévenir, surveiller, contenir et traiter les maladies infectieuses» ont écrit les parlementaires, qui assurent que «la santé et la sûreté mondiales ne sauraient être prises en otages par les objectifs politiques de la Chine, écrivent-il. Les défis sanitaires connus et émergents auxquels nous faisons face sont trop sérieux pour exclure des partenaires valables comme Taïwan».

Pour Taipei, «l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a commis une erreur en n’invitant pas Taïwan à assister en tant qu’observateur à la 71ème AMS».

L’OMS refuse la participation de Taïwan à l’AMS