«Les émissaires chinois ont le devoir d’indiquer clairement la position de la Chine sur les questions liées à ses intérêts clés et ne doivent pas être interprétés comme une ingérence dans les affaires intérieures d’autres pays», a déclaré un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

En effet, Séoul a exhorté l’ambassadeur de Chine à être « prudent » pour avoir tenu des propos liés à un candidat à la présidentielle sud-coréenne.

«La Chine maintient le principe de ne pas s’ingérer dans les affaires intérieures des autres pays et n’influencera pas les élections en Corée du Sud. Peu importe qui remporte les élections présidentielles, la Chine est prête à s’associer à la Corée du Sud pour continuer à améliorer les relations bilatérales», a déclaré Zhao Lijian, porte-parole du ministère.

Ce dernier a indiqué que la Chine espère également que les politiciens sud-coréens pourront donner des voix plus positives et injecter une énergie positive dans les relations bilatérales.

Les remarques de Zhao Lijian ont été faites après que l’ambassadeur de Chine en Corée du Sud, Xing Haiming, a réfuté les remarques de Yoon Seok-youl, un espoir présidentiel du parti conservateur en Corée du Sud.

Ce dernier a déclaré que la Chine devrait d’abord retirer ses systèmes de radar à longue portée de sa frontière si elle veut que le système américain de défense antimissile à haute altitude (THAAD) soit retirer de Corée du Sud.

Lire aussi : THAAD : pas de discussions militaires entre Beijing et Séoul

L’ambassadeur de la Chine à Séoul, Xing Haiming, a qualifié de telles remarques de « difficilement compréhensibles ».

De plus, le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a appelé samedi l’ambassadeur de Chine en Corée du Sud Xing Haiming à être « prudent », a rapporté l’agence de presse Yonhap.

Lee Jun-seok, le nouveau chef du principal parti d’opposition conservateur, le People Power Party, a également critiqué la position de la Chine face à Hong Kong.

Xing Haiming a ensuite rencontré Lee Jun-seok, disant que les droits et libertés du peuple de Hong Kong sont pleinement garantis par la loi et que la région a connu de grandes améliorations dans sa démocratie.

Zhao Lijian a déclaré lors de la conférence de presse qu’il avait remarqué que certains politiciens sud-coréens avaient exprimé leurs opinions sur Hong Kong et THAAD, dont certaines remarques sont  pour lui inacceptables pour la Chine.

Hong Kong relève des affaires intérieures de la Chine, a déclaré Zhao Lijian, notant que la Chine et la Corée du Sud sont déjà parvenues à un consensus sur la question du THAAD. Pour le porte-parole de la diplomatie chinoise, cet accord jette une base importante pour que les deux pays développent leurs relations.

« Il est du devoir des émissaires chinois d’indiquer clairement la position de la Chine sur les questions liées aux principaux intérêts de la Chine, qui ne doit pas être interprétée comme une ingérence dans les affaires intérieures d’autres pays ou une influence sur les élections », a déclaré le porte-parole du ministère des affaires étrangères de la Chine.