Les autorités ont étendu l’interdiction de fumer à tous les lieux publics du pays. Plus grande consommatrice et productrice de tabac au monde, la Chine abrite plus de 300 millions de fumeurs et un homme sur deux est dépendant au tabac.

Le pays relève ainsi un défi de taille. Mais il s’agit d’une « étape décisive pour promouvoir la santé publique« , a indiqué le porte-parole de la Commission nationale pour la santé et le planning familial, Mao Qunan, en marge d’une conférence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Shanghai.

« Près d’une vingtaine de municipalités chinoises se sont déjà dotées de lois antitabac au cours des dernières années » a ajouté ce dernier. Cette démarche a été salué par la directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Margaret Chan.

Cette dernière a assuré que « la Chine a bien agi » en renforçant le contrôle du tabac. D’ailleurs, 16 villes chinoises ont adopté des règlements sur le contrôle du tabac.

Shanghai s’était déjà dotée d’un règlement antitabac, interdisant de fumer dans les terminaux aéroportuaires, les gares et dans l’enceinte des écoles et des stades. La municipalité projette cette fois-ci d’interdire de fumer dans tous les espaces publics intérieurs, les lieux de travail et les transports en commun dès mars 2017.

En juin 2005, Beijing avait instauré une interdiction de fumer dans les lieux publics, prévoyant d’ailleurs des amendes de près de 10’000 yuans (1’300€) pour les magasins, hôtels ou restaurants reconnus coupables d’enfreindre l’interdiction de fumer dans les lieux publics.

Les fumeurs s’exposent, eux, à des amendes pouvant atteindre 200 yuans (28€). Mais, avec ses 20 millions d’habitants, la capitale ne parvient pas à imposer le respect de l’interdiction de fumer dans les lieux publics.

La Chine « se dirige dans la bonne direction et agit correctement, mais doit en faire davantage », a estimé la directrice de l’OMS. Le tabac tue 6 millions de personnes par an, a indiqué cette dernière, citant les chiffres de l’OMS.

« Ces morts sont évitables. C’est une tragédie de ne pas empêcher le tabac de provoquer des morts et des ravages pour la santé ». D’autant que plus du tiers des cigarettes fabriquées dans le monde sont fumées en Chine. La Chine prévoit l’application de cette interdiction sur l’ensemble de son territoire d’ici la fin de l’année 2016.