Sélectionner une page

Afrique,MONDE

Coopération Chine – Afrique du sud : Forgé dans l’amitié

De notre partenaire Chinafrique.com – Janvier 2018 marque le 20ème anniversaire des liens diplomatiques officiels entre l’Afrique du Sud et la Chine. En cette occasion, CHINAFRIQUE a rencontré l’ambassadrice sud-africaine en Chine, Dolana Msimang. (Extraits)

CHINAFRIQUE : Quels sont, pour vous, les points saillants des relations Afrique du Sud-Chine dans les deux dernières décennies et comment aimeriez-vous voir cette relation se développer à l’avenir ?

Dolana Msimang : Bien que l’Afrique du Sud et la Chine aient établi des relations diplomatiques relativement récemment, en 1998, quatre ans après la disparition de l’apartheid, cette relation a connu une croissance phénoménale. Au cours de cette période de 20 ans, les deux pays ont franchi trois étapes principales : un partenariat en 2000, un partenariat stratégique en 2004 et un partenariat stratégique global en 2010.

Depuis 2010, la Chine est devenue le plus grand partenaire commercial de l’Afrique du Sud. Le commerce bilatéral a atteint 21,8 milliards de dollars en 2016, dépassant sensiblement les partenaires commerciaux traditionnels de l’Afrique du Sud. En même temps, l’Afrique du Sud est maintenant le plus grand partenaire commercial de la Chine sur le continent africain.

L’adhésion de l’Afrique du Sud aux membres du BRIC en 2010 a été une étape importante, comme le fait que l’Afrique du Sud occupe la position de co-président du Forum sur la Coopération sino-africaine de Beijing en juillet 2012. Au-delà des accords bilatéraux entre la Chine et les différents pays africains, l’Afrique du Sud a toujours préconisé un renforcement du rôle de l’Union africaine (UA), ainsi que des diverses communautés économiques régionales en Afrique dans les travaux du FCSA.

Le partenariat stratégique global Afrique du Sud-Chine est soutenu par de nombreux mécanismes de haut niveau dont la Commission binationale Afrique du Sud-Chine, le groupe de travail conjoint Afrique du Sud-Chine et le dialogue stratégique Afrique du Sud-Chine. De plus, en avril 2017, l’Afrique du Sud a accueilli le premier mécanisme d’échange de personnes-à-personnes de haut niveau Afrique du Sud-Chine. C’est la dernière addition à nos mécanismes bilatéraux et le premier mécanisme d’échange de personnes-à-personnes de la Chine avec un pays africain.

Statue de Nelson Mandela dans les jardins des Union Buildings. Afrique du sud

Les éléments qui sous-tendent cette relation sont des liens profonds d’amitié, de confiance et de respect mutuels, d’égalité, et d’un désir de construire un monde meilleur.

La septième Conférence ministérielle sino-africaine aura lieu en Chine en 2018. Quelles sont vos attentes à l’égard de la Conférence en ce qui concerne l’Afrique du Sud ?

L’Afrique du Sud a accueilli la sixième Conférence ministérielle, au sommet sino-africain de Johannesburg de 2015, sous le thème « l’Afrique et la Chine progressent ensemble : la coopération gagnant-gagnant pour le développement commun ». Le sommet a consolidé le partenariat entre l’Afrique et la Chine, par le biais de la coopération Sud-Sud, avec une attention particulière à l’industrialisation et à l’intégration régionale des économies en Afrique.

Il a été le premier sommet sino-africain sur le sol africain et il a conduit à des percées majeures que nous accélérons par le biais d’entreprises commerciales. L’Afrique du Sud continuera de stimuler activement les efforts d’intégration régionale de l’Afrique, en développant des liaisons ferroviaires et routières continentales Nord-Sud, en élargissant les ports et la capacité énergétique, de même que les compétences. Cela répond directement à l’Agenda 2063 de l’UA, qui est au cœur de la politique étrangère de l’Afrique du Sud.

L’effort d’industrialisation sur le continent dépend de la capacité des différents pays à attirer des investissements étrangers directs. La Chine est stratégiquement positionnée pour coopérer avec l’Afrique pour réaliser ses rêves à cet égard. Le partenariat avec la Chine donnera des résultats plus réels si les investissements créent de l’emploi local d’une manière socialement et écologiquement durable.

Quelle est l’importance de l’initiative des Nouvelles Routes de la soie dans les relations entre l’Afrique du Sud et la Chine ?

L’Afrique du Sud a signé un mémorandum d’accord sur la coopération sur l’initiative avec la Chine lors de la visite d’État du Président chinois Xi Jinping en décembre 2015. Le mémorandum d’accord encourage les entreprises chinoises et sud-africaines, par le biais de divers liens commerciaux, à explorer des possibilités de coopération dans des projets d’infrastructures et des échanges humains.

L’initiative concorde avec le plan de développement national et l’opération Phakisa de l’Afrique du Sud, une initiative visant à « libérer le potentiel de l’économie océanique en Afrique du Sud », a été lancée en mars 2014, pour lancer rapidement des voies d’initiatives dans les océans.

L’Afrique du Sud collabore étroitement avec la Chine en vue de la réalisation de notre plan d’industrialisation et encourage la Chine à accroître ses investissements dans le pays. La Chine s’est engagée à encourager les entreprises chinoises à accroître leurs investissements dans l’industrie manufacturière sud-africaine et à promouvoir la création d’activités à valeur ajoutée à proximité des sources de matières premières.

Je crois que, dans le contexte global, l’initiative des Nouvelles Routes de la soie va approfondir l’intégration économique mondiale, stimuler le commerce transfrontalier et les flux financiers entre l’Asie, l’Afrique et l’Europe, ce qui nous aidera à atteindre nos objectifs d’intégration régionale.

… lire la suite  

Recevez la Newsletter

Coronavirus (2019-nCoV)

Suivez-moi sur Twitter

Confrontation Chine – Etats-Unis

Coopération Chine – Afrique

Essentiel de l’actu

Votre opinion compte!

Mers de Chine

Dossier explosif entre la Chine et ses voisins asiatiques




Dossier d’Histoire

Africa Wire

%d blogueurs aiment cette page :