lundi, juillet 15

Des chercheurs chinois explorent la réduction de la fonte des glaciers artificiels

Des chercheurs chinois ont réalisé des progrès dans l’étude de la réduction de la fonte artificielle des glaciers en évaluant les effets de différents matériaux de couverture, selon l’Académie chinoise des sciences (CAS).

Ces derniers ont mené une étude entre juin et août 2021. Les chercheurs du Northwest Institute of Eco-Environment and Resources (NIEER) – sous l’égide de la CAS – ont allié deux modèles numériques d’altitude à haute résolution pour évaluer la fonte des glaciers sous trois matériaux de couverture différents, a rapporté l’agence de presse Xinhua.

Selon les résultats des études, près de 32% de perte de masse était préservée dans les zones protégées par rapport aux zones non protégées. Le matériau en nano-fibres a montré un albédo plus élevé que deux géotextiles utilisés dans les expériences.

Selon les chercheurs, l’étude a permis d’explorer une nouvelle méthode pour réduire la fonte des glaciers et a fourni des références scientifiques pour relever les défis du réchauffement climatique.

Les glaciers font partie des éléments géographiques clés qui subissent des changements rapides et importants dans le cadre du réchauffement climatique. Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue Remote Sensing.

DES SCIENTIFIQUES « COUVRENT » LES GLACIERS POUR ARRÊTER LA FONTE

En janvier 2021, après six mois d’essais, des scientifiques de l’Institut de l’éco-environnement et des ressources du Nord-Ouest, affilié à l’Académie des sciences de Chine, ont découvert une solution artificielle visant à ralentir la fonte des calottes de glace, qui consiste à placer une « couverture » sur les glaciers afin d’empêcher les échanges de chaleur entre la surface du glacier et les rayons du Soleil.

Wang Feiteng, chercheur de l’institut, et son équipe ont délimité en août 2020 une zone d’essai de 500 mètres carrés sur le glacier de Dagu, à Heishui, district de la préfecture autonome tibétaine et Qiang d’Aba, dans la province chinoise du Sichuan.

Ils ont couvert cette zone de géotextile écologique générant une isolation thermique, dans le but d’enrayer la fonte des glaciers. Après six mois d’essais et de recherches, l’équipe de Wang Feiteng a constaté le ralentissement de la fonte des glaciers dans la zone « couverte ».

D’après leurs premières estimations, cette solution permet de ralentir la fonte d’environ 70% des glaciers. « Si l’on n’intervient pas en couvrant les glaciers, la hauteur de ces derniers sera réduite d’un mètre dans leur ensemble dans les six mois », a expliqué Wang Feiteng au Quotidien du peuple.

Wang Feiteng a expliqué qu’ils se sont aperçus d’une accélération du recul des glaciers au niveau mondial due au changement climatique qui s’accentue, à la hausse de la température, à l’évolution des précipitations et à la croissance de la fréquence et de la gravité des phénomènes météorologiques extrêmes.

Dans ce cas, adopter des mesures scientifiques revêt une importance cruciale pour gérer la disparition des glaciers et assurer l’utilisation durable des ressources hydriques, a indiqué ce dernier.

« Néanmoins, jusqu’à présent, de nombreux pays focalisent davantage leurs recherches sur le processus de l’évolution des glaciers, ainsi que sur les prévisions des futures évolutions, plutôt que sur les techniques pour faire face à la fonte », selon lui.

Le chercheur a souligné qu’« en Chine, les petits glaciers de moins d’un kilomètre carré représentent 80% de l’ensemble des glaciers du pays. Si ces petits glaciers commencent à fondre dans leur ensemble, cette tendance sera probablement irréversible sans intervention artificielle. C’est pourquoi des explorations continues et une recherche de nouvelles solutions de la part des scientifiques sont nécessaires pour limiter les conséquences du changement climatique sur les glaciers. A l’avenir, nous examinerons les effets de la solution d’isolation thermique par couverture artificielle tout en la généralisant dans les zones glacières qui souffrent massivement du changement climatique et possèdent de riches valeurs touristiques ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *