Jean-Claude de l’Estrac, ancien secrétaire de la Commission de l’Océan Indien, a fait par au site mauricien d’information DéfiMédia.info, son analyse de la position géographique de l’île Maurice dans le domaine diplomatique entre la Chine et l’Inde.

Face aux sollicitations de Beijing et New Dehli, Maurice peut tirer avantage de ces deux puissances asiatiques. Présent lors du 110ème anniversaire de la Chambre de Commerce Chinoise, Jean-Claude de l’Estrac a souligné l’importance de l’initiative du président chinois Xi Jinping, « La Ceinture et la Route », estimant qu’elle

« apportera un certain dynamisme et revitalisera les anciennes routes de la soie pour la Chine d’abord, car elle se retrouve dans l’obligation de trouver de nouveaux marchés. Il s’agit aussi pour elle de trouver de nouveaux moyens pour améliorer sa capacité d’exporter. Elle présente ce projet comme gagnant-gagnant par le biais de la connectivité. La ceinture aidera la Chine à travers les chemins de fer, les routes terrestres, voire maritimes. Elle souhaite aussi mettre fin aux monopoles occidentaux sur les câbles optiques sous-marins ».

Pour ce dernier, les accusations de Washington contre la Chine et son déploiement à l’international d’un arsenal militaire à travers des installations, des facilités portuaires, le développement de sa marine, sont infondées. Selon lui, « compte tenu de sa puissance économique et commerciale, c’est légitime que la Chine protège ses navires », a rapporté le DéfiMédia.

Craignant d’être dominé par la Chine, le gouvernement indien s’intéresse à l’archipel Agaléga, afin de surveiller la présence chinoise dans la région. Or « pour nous, dans cette partie de l’océan Indien, cette situation est intéressante. Nous nous trouvons au centre de ces stratégies », a expliqué Jean-Claude de l’Estrac.

« La Chine, qui investit dans la région avec la mise à l’eau d’un nouveau porte-avion qui circulera dans la région, est un sujet d’inquiétude pour les Indiens. Tout comme dans les années 70, on s’est retrouvé entre les Américains et les Russes lors de la Guerre froide. De nos jours, nos Américains et Russes sont les Indiens et les Chinois ».

Jean Claude de l’Estrac, secrétaire général de la COI et l’ambassadeur de Chine, Li Li

« Cela va nous offrir la possibilité diplomatiquement. Nous avons une nouvelle carte à jouer. Quand il n’y avait plus la Guerre froide, Maurice se retrouvait sans aucun enjeu diplomatique. Le coup de main que nous avons de la Chine jusqu’ici n’est en aucune mesure avec notre surface économique et financière. Mais notre position stratégique est intéressante comme base militaire, puisque la Ceinture passe très loin au Nord de notre région. Éventuellement, on pourrait leur offrir de l’approvisionnement en carburants à Port-Louis, quoique le port soit géré par la marine indienne », a rapporté DéfiMédia.