Dans un contexte de guerre commerciale, la Banque Populaire de Chine a eu recours à la dévaluation de sa monnaie, le yuan, afin de maintenir la pression sur les Etats-Unis et dynamiser les exportations aux États-Unis.

La Banque populaire de Chine a abaissé le 12 juillet le taux du yuan de 0,73% face au dollar. Le taux de change a ainsi été fixé au niveau de 6,6726 yuans pour un dollar, ce qui est supérieur de 492 point au taux établi un jour auparavant.

Cette mesure intervient quelques heures après l’annonce par l’administration Trump de taxer prochainement de 200 milliards de dollars (168 mds €) de produits supplémentaires en provenance de Chine.

L’agence de presse économique Bloomberg a indiqué qu’en avril 2018 les autorités chinoises réfléchissaient déjà aux conséquences potentielles d’une dépréciation du yuan comme moyen de pression dans son affrontement commercial avec les États-Unis.

Dans cette guerre commerciale, la Chine garde un atout majeur, avec son importante quantité de dette souveraine émise par le Trésor américain. La Chine détenait environ 1 170 milliards de dollars (950 milliards d’euros) d’obligations du Trésor américain à la fin janvier 2018.

La Chine est le créancier étranger numéro un des États-Unis et le deuxième propriétaire de titres du gouvernement américain après la Réserve fédérale des États-Unis.