Le ministre japonais des Affaires étrangères a exhorté la Chine à « jouer un rôle responsable » dans la crise russo-ukrainienne, lors de son premier entretien avec son homologue chinois, Wang Yi, depuis six mois.

Le ministre japonais des Affaires étrangères Yoshimasa Hayashi a déclaré que l’invasion russe était « une violation claire de la Charte des Nations unies et d’autres lois internationales », a indiqué le ministère japonais des Affaires étrangères dans un communiqué. Il a « exhorté la Chine à jouer un rôle responsable dans le maintien de la paix et de la sécurité internationales ».

Cet échange est le premier entre les deux ministres depuis novembre 2021, selon le ministère japonais des Affaires étrangères. Il s’inscrit dans un contexte d’inquiétudes croissantes face aux tensions géopolitiques internationales. D’autant que la Chine et la Russie sont perçues comme renforçant leur coordination.

Lire aussi : Guerre Ukraine : l’UE et le Japon dénoncent un « pacte inquiétant » entre la Russie et la Chine

Ces discussions interviennent alors que le président américain Joe Biden doit se rendre au Japon après une visite en Corée du Sud. Il aura des entretiens bilatéraux avec le Premier ministre japonais Fumio Kishida et participera à une réunion d’un groupe quadrilatéral comprenant l’Australie et l’Inde en plus des États-Unis et du Japon.

Cette alliance informelle, appelée QUAD, est un moyen de faire pression sur la Chine qui est critiqué pour son influence économique et militaire dans la région.

Lire aussi : Offensive anti-Chine de Joe Biden au Sommet Quad

Lors de cet entretien, le ministre japonais a évoqué la question des îles contestées Sensaku/Diaoyu entre les deux pays et la situation dans les mers de Chine orientale et méridionale.

Toutefois, la Chine est également le premier partenaire commercial du Japon. Tokyo ne veut pas être entraîné dans les tensions entre Pékin et Washington. Yoshimasa Hayashi a déclaré que la Chine et le Japon « devraient se dire ce qui doit être dit et s’engager dans le dialogue », mais a prévenu que les relations bilatérales « sont confrontées à diverses difficultés et que l’opinion publique au Japon est extrêmement sévère à l’égard de la Chine ».