L’ambassade d’Israël en Chine a protesté contre ce qu’elle qualifie «d’antisémitisme flagrant» sur la chaîne publique CCTV sur la violence en cours à Gaza et ailleurs.

Dans une vidéo publiée le 18 mai sur Twitter (à 1min 42), le service anglophone de la chaine d’info publique chinoise CGTN mettait en avant le «lobby puissant» des juifs aux Etats-Unis.

Dans un tweet, l’ambassade d’Israël en Chine a déclaré que «nous avons espéré que l’époque des théories du complot du ‘Juif contrôlant le monde’ était révolue, malheureusement l’antisémitisme a montré à nouveau son horrible visage».

«Nous sommes consternés de voir un antisémitisme flagrant exprimé dans un média officiel chinois», a indiqué le tweet de l’ambassade.

«Les affirmations proférées dans la vidéo sont racistes et dangereuses et ne devraient pas être utilisées par un média qui se respecte», a poursuivi l’ambassade sur Twitter.

Le porte-parole, Erez Katz Volovelsky, a affirmé que l’ambassade n’avait rien à ajouter à son tweet et n’avait reçu aucune réponse de CGTN.

Lors d’une émission diffusée sur CGTN, l’animateur Zheng Junfeng a demandé si le soutien américain à Israël était vraiment basé sur des valeurs démocratiques partagées, affirmant que «certaines personnes pensent que la politique pro-israélienne des États-Unis est liée à l’influence des riches juifs aux États-Unis et du lobby juif sur Les responsables de la politique étrangère des États-Unis».

«Les Juifs dominent les secteurs de la finance et d’Internet», selon l’animateur. Ce dernier a indiqué qu’«alors, ont-ils les puissants lobbies que disent certains? Possible». Zheng Junfeng a ensuite accusé les États-Unis d’utiliser Israël comme «tête de pont» au Moyen-Orient. La chaîne CCTV n’a fait aucun commentaire.

Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni, le 16 mai, pour une nouvelle session d’urgence sur le conflit israélo-palestinien, la troisième en une semaine, sans adoption d’une déclaration commune ni de propositions permettant d’aboutir à une cessation des hostilités.

Lire aussi: Conflit israélo-palestinien: la Chine regrette «l’obstruction» des États-Unis

Suite à cela, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a regretté «l’obstruction» des États-Unis pour faire adopter au Conseil de sécurité des Nations Unies une déclaration appelant à la fin des hostilités entre Israéliens et Palestiniens.

«Le Conseil de sécurité doit prendre des mesures», a-t-il dit, en rappelant que la Chine était (avec la Norvège et la Tunisie) à l’origine d’un projet de texte depuis une semaine. «À cause de l’obstruction d’un pays, le Conseil de sécurité n’a pas été capable de parler d’une seule voix», a-t-il déploré en demandant à Washington «de prendre ses responsabilités» à l’ONU.