Le Wall Street Journal a cité un rapport des services de renseignement américains indiquant que trois chercheurs de l’Institut chinois de virologie de Wuhan ont été atteints d’une maladie nécessitant des soins hospitaliers en novembre 2019. Une information démentie par la Chine.

Laboratoire P4 de l’Institut de Virologie de Wuhan

Une dizaine de jours après la publication d’une étude dans la revue Science évoquant la nécessité d’examiner l’hypothèse d’un accident de laboratoire, le Wall Street Journal indique que trois chercheurs de l’Institut chinois de virologie de Wuhan ont attrapé une maladie grave en novembre 2019.

Lire aussi : Les experts de l’OMS ont visité l’Institut de virologie de Wuhan

Selon le WSJ, cette information pourrait «ajouter du poids aux appels croissants pour une enquête approfondie sur l’hypothèse de la fuite du virus d’un laboratoire». Le rapport s’accorde avec la fiche d’information du département d’État sur le Covid-19, dont plusieurs chercheurs du laboratoire chinois ont été atteints à l’automne 2019 «avec des symptômes compatibles à la fois avec ceux du Covid-19 et une infection saisonnière».

De plus, des détails supplémentaires ont été divulgués la veille du Sommet sur la santé de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui devrait aborder une nouvelle fois les origines du Covid-19.

Lire aussi : Origines du Covid-19 : l’hypothèse de l’accident de laboratoire à nouveau évoquée

La porte-parole du Conseil de sécurité nationale des États-Unis a déclaré que l’administration Biden continuait d’avoir «de sérieuses questions sur les premiers jours de la pandémie du Covid-19, y compris sur ses origines en République populaire de Chine», a indiqué l’agence de presse Reuters.

Le gouvernement américain travaille avec l’OMS et d’autres pays pour soutenir un examen mené par des experts sur les origines de la pandémie «sans interférence ni politisation», a précisé Emily Horne, citée par l’agence de presse britannique.

«Nous n’allons pas faire de déclarations qui conjecturent sur une étude en cours de l’OMS concernant l’origine du SARS-CoV-2, mais nous avons clairement indiqué que des théories solides et techniquement crédibles devraient être soigneusement évaluées par des experts internationaux», a indiqué cette dernière.

De son côté, le ministère chinois des Affaires étrangères a assuré qu’il était improbable qu’un virus se soit échangé d’une structure de recherche. «Les États-Unis continuent d’exagérer la théorie des fuites en laboratoire. Sont-ils réellement préoccupés par la recherche de la source ou essayent-ils de détourner l’attention?», a déclaré le porte-parole du ministère, Zhao Lijing.

Ce dernier a indiqué que «l’institut de virologie de Wuhan a publié le 23 mars un communiqué portant sur l’absence de cas de la nouvelle infection à coronavirus avant le 30 décembre 2019. Aucun employé de l’institution n’a contracté le coronavirus selon les données du 23 mars 2021. C’est la raison pour laquelle l’article sur la maladie de trois membres de l’institut de virologie de Wuhan est totalement faux».

Lire aussi : L’Institut de virologie de Wuhan nie toute responsabilité

Toutefois, l’étude conjointe Chine-OMS, révélée en novembre 2020, a considéré l’hypothèse d’un accident de laboratoire comme «extrêmement improbable», au même titre que celle du «débordement zoonotique» naturel.

Lire aussi : L’OMS souhaite une enquête sur l’hypothèse d’une fuite d’un laboratoire en Chine