Jack Ma, le fondateur du géant de l’e-commerce Alibaba, a renoncé à sa promesse de créer un million d’emplois aux Etats-Unis, en raison de la guerre commerciale.

L’homme le plus riche de Chine avait pris cet engagement en janvier 2017 lors de sa rencontre avec le président élu Donald Trump à New York. A l’époque, le président américain avait assuré avoir «eu un excellent entretien» avec Jack Ma qui est «un grand, grand entrepreneur, l’un des meilleurs au monde, et il aime ce pays, et il aime la Chine», assurant que «Jack et moi allons faire de grandes choses».

Les deux hommes avaient évoqué des projets de création d’un million d’emplois aux Etats–Unis en permettant aux PME de vendre en Chine, via la plateforme de l’entreprise. La rencontre devait également porter sur les projets d’expansion aux Etats–Unis de la plateforme de commerce en ligne chinoise.

De son côté, Jack Ma avait indiqué : «la porte est ouverte pour discuter de la relation et des questions commerciales. Je pense que le président élu est très intelligent, et il est à l’écoute. Je lui ai fait part de mes idées pour améliorer le commerce, surtout pour améliorer les petites entreprises, le commerce transfrontalier».

1 an et 8 mois plus tard, les choses ont considérablement changé. «Cette promesse se fondait sur deux conditions préalables: celle d’une coopération amicale entre la Chine et les Etats-Unis, et celle d’un commerce bilatéral rationnel et objectif», a déclaré Jack Ma à l’agence de presse, Xinhua.

«La situation actuelle fait que ces conditions préalables sont compromises et que cet engagement est désormais impossible à tenir. Mais nous n’arrêterons pas nos efforts, nous les poursuivrons afin de promouvoir un développement sain des relations commerciales sino-américaines», a-t-il promis.

Engagée par Donald Trump, la guerre commerciale sino-américaine a connu une escalade ces derniers mois. Donald Trump a annoncé de nouveaux tarifs douaniers sur 200 milliards supplémentaires. De son côté, la Chine répliquera avec des taxes sur 60 milliards de dollars d’importations américaines additionnelles.

Pour Jack Ma, «le commerce n’est pas une arme. On ne peut pas l’utiliser pour se faire la guerre. Le commerce doit être un moteur de la paix».

20 ans de conflit sino-américain