Les autorités chinoises ont demandé au Canada de suspendre immédiatement leurs exportations de viande, suite à la découverte de faux certificats d’exportation, d’après l’ambassade de Chine à Ottawa.

Le gouvernement canadien a confirmé que l’agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) avait «identifié un problème ayant trait à de faux certificats d’exportation qui pourrait avoir une incidence sur les exportations de produits du porc et du bœuf vers la Chine». Cette dernière tente d’y remédier.

Mi-juin 2019, les autorités douanières chinoises avaient décidé de suspendre les importations de viande de porc d’une société canadienne, invoquant la découverte de ractopamine, un produit dopant interdit en Chine, dans une cargaison en provenance du Canada.

A lire aussi : La Chine veut suspendre les importations de porc du Canada

Suite à cette découverte, les autorités canadiennes ont mené une enquête et montré que 188 certificats d’exportation avaient été falsifiés, selon l’ambassade de Chine.

« Pour assurer la sécurité des consommateurs chinois, la Chine a pris des mesures préventives urgentes et demandé au gouvernement canadien de suspendre la délivrance des certificats pour la viande exportée vers la Chine à compter du 25 juin », a expliqué l’ambassade sur son site internet.

De son côté, la ministre canadienne de l’agriculture, Marie-Claude Bibeau, a assuré que l’agence canadienne d’inspection des aliments « a pris des mesures pour remédier à la situation et continue de travailler en étroite collaboration avec des partenaires de l’industrie et les autorités chinoises ».

« L’ACIA mène une enquête relative à ce problème technique et a informé les autorités compétentes », a ajouté cette dernière dans un communiqué de presse. Cette situation concerne uniquement les certificats d’exportation vers la Chine, a précisé la ministre.