La Chine a exhorté les Etats-Unis à « arrêter immédiatement leur répression politique des médias et journalistes chinois basés dans le pays », après l’absence de renouvellement de visa de certains journalistes.

Lire aussi : La Chine ripostera en cas d’expulsion de journalistes aux États-Unis

« D’après ce que nous savons, les journalistes chinois concernés ont déjà demandé l’extension de leur visa, mais aucun d’eux n’a reçu de réponse de la partie américaine », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Wang Wenbin.

« Si les Etats-Unis sont déterminés à poursuivre sur cette mauvaise voie et continuent à commettre des erreurs, la Chine sera obligée d’adopter des réactions nécessaires et légitimes pour sauvegarder fermement ses droits et intérêts légitimes », a indiqué le porte-parole.

Lire aussi : Washington accroît son contrôle sur les médias chinois

Pointant du doigt la responsabilité des Etats-Unis dans cette situation, Wang Wenbin a a appelé Washington à « corriger leurs erreurs et mettre fin à leur oppression politique des médias et journalistes chinois ».

Selon la diplomatie chinoise, l’administration Trump est « retranchée dans une mentalité de guerre froide et des préjugés idéologiques », lançant alors des mesures de « répression politique » les unes après les autres contre les médias chinois.

En décembre 2018, le pays a demandé aux bureaux des médias officiels de Chine de s’enregistrer en tant qu’« agents étrangers ». Depuis 2018, Washington a retardé indéfiniment l’approbation et même refusé les demandes de visa de 20 journalistes chinois basés aux Etats-Unis.

Lire aussi : La Chine réplique après les mesures imposées aux médias chinois aux Etats-Unis

En février 2020, les Etats-Unis a désigné cinq médias chinois aux Etats-Unis comme « missions étrangères » et a imposé un plafond à leurs effectifs, expulsant ainsi 60 journalistes chinois.

En mai 2020, l’administration américaine a limité les visas pour les journalistes chinois à 90 jours. En juin 2020, elle a ajouté quatre autres médias chinois aux Etats-Unis à la liste des « agents étrangers ».

Wang Wenbin a indiqué que « les journalistes chinois avaient respecté l’éthique journalistique et le principe d’objectivité, d’équité, de véracité et d’exactitude dans leurs activités de reportage à travers le monde, y compris aux Etats-Unis ».

Ainsi, le travail des journalistes chinois a été pénalisé, portant un coup à la réputation des médias chinois et affectant les échanges entre professionnels chinois et américains.

« Tout en s’enorgueillissant de la liberté de la presse, les Etats-Unis empêchent maintenant les médias chinois de faire leur travail. Un tel comportement à deux visages a exposé leur hypocrisie concernant la soi-disant liberté de la presse, qui n’est ni plus ni moins qu’une approche à deux poids, deux mesures et une intimidation hégémonique », a déclaré le porte-parole.