Sélectionner une page

Hong Kong,RÉGIONS SPÉCIALES

La Chine va-t-elle intervenir à Hong Kong?

Depuis plusieurs jours, les médias occidentaux se demandent si les autorités chinoises utiliseront la force à Hong Kong, suite aux différentes actions menées par l’armée chinoise à Hong Kong et à Shenzhen.

Le gouvernement chinois laisse planer le doute sur sa possible intervention contre les manifestants. « Un coup de bluff » selon des experts interrogés par l’Agence France Presse. Ces derniers estiment que le risque économique devrait dissuader la Chine de se livrer à une démonstration de force dans l’ancienne colonie britannique.

« Ceux qui jouent avec le feu périront par le feu », a averti un haut responsable chinois, qui a dénoncé la violence croissante des manifestants contre la police. Cette dernière ne parvient d’ailleurs pas à endiguer les manifestations.

« Pékin utilise la menace de l’APL ou d’une autre forme d’intervention directe afin d’effrayer les manifestants », a expliqué Ben Bland, de l’institut australien Lowy. « Mais compte tenu du risque sur le terrain, ainsi que pour la réputation et l’économie de la Chine, envoyer l’APL serait très dangereux », a indiqué ce dernier.

Pour Wu’er Kaixi, ancien dirigeant étudiant du mouvement de Tiananmen, Beijing ne devrait pas envoyer l’armée dans les rues d’une place financière majeure comme Hong Kong. « Il ne faut pas oublier que le gouvernement chinois est mû par son intérêt et que l’intérêt personnel des dirigeants chinois est lié au maintien de la stabilité économique à Hong Kong », a expliqué ce dernier.

« Je pense qu’ils ont appris la leçon que le prix du recours à l’armée est très élevé », a souligné Wu’er Kaixi, ajoutant qu’une intervention militaire aurait un effet désastreux sur Taïwan, que Beijing tente de convaincre à rejoindre le giron chinois.

En effet, « la répression de Tiananmen a été une grande leçon pour le PCC », le Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir, a expliqué le politologue Wu Qiang, ancien professeur de l’Université Tsinghua à Pékin.

Si Beijing ne fait pas intervenir l’armée, le pouvoir central pourrait dépêcher des soldats ou des policiers du continent, a supposé le sinologue Willy Lam, de l’Université chinoise de Hong Kong.

« Ils porteront des uniformes de la police de Hong Kong pour qu’il ne s’agisse pas d’un déploiement officiel », suppose-t-il. Or dans un communiqué, la police hongkongaise a démenti « les allégations » selon lesquelles des renforts du continent étaient déjà présents dans leurs rangs.

L’exercice anti-émeute s’est déroulé aux portes de Hong Kong, dans la métropole de Shenzhen. L’exercice a rassemblé pas moins de 12.000 hommes, a précisé la police locale, sur une vidéo destinée à faire peur aux militants hongkongais.

Mais pas seulement, car « il s’agit surtout d’empêcher la situation à Hong Kong de se propager à la Chine continentale », a estimé le professeur Wu Qiang.

« Ce qui fait peur au pouvoir chinois, ce sont les ramifications en Chine même », a de son côté souligné le sinologue Jean-Pierre Cabestan, de l’Université baptiste de Hong Kong. « Face à ce défi à la dictature du Parti », les dirigeants chinois « se sentent menacés et plus enclins à utiliser la répression » à Hong Kong, a prévenu ce dernier.

Chine vs Etats-Unis

Deux puissances économiques mondiales au coude à coude

Chine-Afrique

Les relations sino-africaines prennent un nouveau tournant

Mers de Chine

Dossier explosif entre la Chine et ses voisins asiatiques

Coin des Idées




La Chine impériale

Le MAG de la Chine

Vie de famille, LGBTQ, Sexualité, Egalité, Bien être, Chine insolite

Nos partenaires

Africa Wire