L’enquête annuelle dans les entreprises sur la concurrence et le commerce électronique au Cameroun a montré que «l’activité des entreprises est fortement menacée par la concurrence des produits asiatiques, notamment chinois».

D’après l’Institut national des Statistiques du Cameroun, «25% des unités estiment que ces derniers sont ceux qui leur font le plus concurrence. Les produits en provenance de l’Union Européenne constituent la troisième menace la plus importante ; 12,2% des entreprises étant concernées, après les produits locaux qui concernent 20,5% des unités».

38,6% des unités représentent des prix inférieurs à ceux de leurs concurrents tandis que celles dont les prix sont supérieurs constituent 20,8% des unités en situation de concurrence. Un focus a été fait sur les entreprises qui ont déclaré que leurs prix sont supérieurs à ceux de leurs concurrents, traduisant ainsi la non compétitivité-prix de ces dernières.

D’après l’institut «les produits d’origine asiatique ont un impact significatif et positif sur la probabilité que les prix de l’entreprise soient supérieurs à ceux de ses concurrents. Aussi, l’approvisionnement en matières premières et la pression fiscale sont les difficultés évoquées par les entreprises et qui ont un impact significatif et positif sur le risque qu’elles soient non compétitives sur le plan du prix».

La Chine accorde 6,5 millions de dollars à l’armée camerounaise