Pratique, ludique, efficace pour réviser ces caractères. Voici les trois mois que l’on se dit en ayant ces cartes en main. Il faut dire que ce coffret « Le chinois pour les nuls » est utile et multi-tâche. Sur une face, le caractère seule et sur l’autre face, le caractère, le nombre de traits, son radical, sa signification en pinyin et sa traduction en français.

Le chiffre en bas correspond au niveau d’HSK (Hanyu Shuiping Kaoshi, test d’évaluation de chinois) et la couleur au ton : bleu pour le premier ton haut, vert pour le second montant, noir pour le troisième ton descendant puis montant, rouge pour le ton descendant et enfin gris pour le ton neutre.

« Le chinois pour les nuls est ainsi une méthode simple et efficace pour mémoriser 356 sinogrammes parmi les plus fréquents de la langue chinoise, issus des niveaux 1 et 2 du test HSK« , écrit l’éditeur First Editions.

Créé par Jing Li-Lantigner, maître de langues à l’INALCO. Cette dernière a rédigé sa thèse sur les stratégies d’apprentissage des sinogrammes chez les étudiants francophones.

Bémole. La finition des cartes n’est pas parfaite, c’est mal coupé et les caractères ne sont pas droits sur certaines d’entre elle. Mais on s’en accommode facilement. Ensuite, il est dommage que le caractère soit inscrit sur les deux faces.

Dans le même ordre d’idée, First Editions propose aussi un livre avec CD pour apprendre le chinois, par Wendy Abraham, professeur de chinois et vice-présidente du Stanford Center for Buddhist Studies.

Ce livre s’adresse aux débutants qui veulent progresser rapidement en chinois, avec les bases grammaticales et le vocabulaire adapté à toutes ces situations. Il propose aussi « le chinois tel qu’on le parle : de nombreux dialogues sont inclus dans le livre. Ce sont de bons exemples de conversation pour pratiquer le chinois comme un vrai Pékinois. Signalés par une icône CD, vous pouvez les écouter tout en lisant ! ».