Un premier lot de doses du vaccin chinois Sinopharm contre le nouveau coronavirus, donné par la Chine, est arrivé vendredi à Libreville, la capitale gabonaise, au jour du premier anniversaire du début de la pandémie dans ce pays d’Afrique centrale.

Vaccin de la société Sinopharm

La Première ministre Rose Christiane Ossouka Raponda, accompagnée par deux ministres et l’ambassadeur de Chine, Hu Changchun, était présente à l’aéroport pour accueillir cette cargaison.

Elle a souligné que la Chine avait répondu rapidement à la demande de vaccins du gouvernement gabonais et qu’elle a été le premier pays à le faire, démontrant pleinement la fraternité entre les deux pays.

Le Gabon « a confiance en la sécurité et l’efficacité des vaccins chinois », a indiqué Rose Christiane Ossouka Raponda, ajoutant qu’avec le soutien de la Chine, son pays surmontera sûrement l’épidémie et que le partenariat de coopération globale entre les deux pays allait connaître un avenir meilleur.

De son côté, le président Ali Bongo Ondimba a déclaré le même jour sur les réseaux sociaux que la campagne nationale de vaccination était sur le point de débuter et que  »les personnels soignants, les forces de sécurité, les personnes à risque et les personnes âgées seront les premières à en bénéficier ».

L’ambassadeur de Chine Hu Changchun a déclaré que « cette aide démontre la profonde amitié traditionnelle et la grande confiance politique entre les deux pays ».

« La Chine met activement en œuvre la promesse de faire de ses vaccins un bien public mondial accessible et abordable pour les pays en développement et elle prend des mesures concrètes pour bâtir une communauté de destin sino-africaine et une communauté mondiale de santé plus étroite », a indiqué ce dernier.