L’investissement direct à l’étranger (IDE) réalisé par la Chine au Kenya devrait augmenter en 2018, grâce à un climat propice aux affaires, a estimé Stéphanie Onchwati, analyste en investissements au sein du groupe Cytonn.

Cette dernière a expliqué que la plupart des IDE devraient porter sur le secteur immobilier, secteur très rentable pour les deux pays. Selon le rapport 2017 Cytonn, les investisseurs chinois ont d’ores et déjà contribué à transformer le secteur de l’immobilier au Kenya : «les Chinois ont réussi à transformer le paysage urbain des métropoles kenyanes, en y construisant des gratte-ciels modernes», a souligné Stéphanie Onchwati.

«Grâce à des conditions macro-économiques stables, nous allons sans doute voir une hausse de l’IDE chinois au Kenya en 2018, la Chine cherchant à investir dans des pays à fort potentiel de croissance», a-t-elle affirmé lors de la publication du rapport 2017 de Cytonn sur le secteur bancaire.

Stéphanie Onchwati a indiqué que «le gouvernement chinois était à l’heure actuelle la plus importante source de financements étrangers pour des projets de développement kenyans, reflétant ainsi le dynamisme des liens sino-kenyans».

«Le secteur privé chinois devrait probablement suivre l’exemple du gouvernement chinois et investir davantage au Kenya», a-t-elle ajouté. .D’autant plus que le gouvernement tente d’attirer les investisseurs industriels chinois.

Pour cela, le gouvernement kenyan a renforcé son cadre juridique pour attirer davantage d’investissements chinois, notamment dans les domaines de l’industrialisation.

«Les investisseurs privés chinois devraient saisir les opportunités offertes par les Zones Economiques Spéciales désormais opérationnelles», a expliqué Henry Rotich, secrétaire kényan au Trésor national, à l’agence de presse Xinhua en mars 2018.

Le gouvernement kenyan a également réformé sa législation lois sur le Partenariat Public-Privé, raison pour laquelle, «nous voulons que plus d’investisseurs chinois viennent mettre en place des plateformes industrielles dans le pays».

Hausse des importations chinoises au Kenya