mercredi, mai 22

Le sanctions américaines jugées « pas constructives » contre des entreprises chinoises

La Chine s’est dite « fermement opposée » aux sanctions américaines « non constructives » visant cinq entités chinoises accusées de favoriser le trafic d’opiacés de synthèse, responsables de la mort de milliers de personnes par surdose aux Etats-Unis.

Le président américain Joe Biden a décidé de durcir les mesures de sanctions contre les acteurs du trafic international de drogue, en Chine, mais aussi au Brésil et au Mexique.

Les premières mesures s’appliquent contre un narcotrafiquant chinois et quatre entreprises chinoises accusées de participer à la production illégale de fentanyl pour le marché américain.

Le fentanyl est un puissant opiacé de synthèse, utilisé dans le milieu médical mais dont l’usage est détourné comme drogue.

« Le président Joe Biden engage une action décisive pour détecter, perturber et réduire le pouvoir d’organisations criminelles transnationales » via deux décrets, selon un document transmis par la Maison blanche.

Lire aussi : La Chine met le fentanyl sur liste noire

L’un de ces décrets établit un nouvel organisme, le « Conseil des Etats-Unis sur le crime organisé transnational », dont l’acronyme en anglais sera USCTOC, rassemblant des représentants de plusieurs administrations.

L’autre décret américain instaure une série plus large de sanctions contre les acteurs internationaux du trafic de drogue, dont les avoirs aux Etats-Unis pourront être gelés.

En Chine, les entités visées sont un individu, Chuen Fat Yip, accusé de diriger un trafic de drogues de synthèse entre la Chine et les Etats-Unis; ainsi que quatre sociétés: Wuhan Yuancheng Gongchuang Technology, Shanghai Fast-Fine Chemicals, Hebei Huanhao Biotechnology et Hebei Atun Trading.

« C’est très simple, un grand nombre des matières premières pour la fabrication d’opiacés de synthèse proviennent de Chine. Il était important d’envoyer un message à cet égard », a expliqué un haut responsable du gouvernement américain, sous réserve d’anonymat à l’agence de presse Belga.

Pékin s’est étonné de ces sanctions, en soulignant avoir une « tolérance zéro » en matière de drogue. Les autorités chinoises assurent avoir beaucoup fait pour endiguer le trafic de fentanyl et accusent en retour les Etats-Unis de laxisme.

Lire aussi : Beijing se dit innocent de la crise des opiacés aux USA

« La Chine est fermement opposée à ces manières de faire de la part des Etats-Unis » qui ne sont « pas constructives », a déclaré lors d’une conférence de presse régulière, Wang Wenbin, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

« Nous exhortons les États-Unis à respecter les faits ainsi qu’à rechercher par eux-mêmes les raisons de l’usage détourné » de fentanyl sur leur sol et « à juger de manière objective les efforts de la Chine » au lieu « d’incriminer les autres pays », a-t-il souligné.

La Chine avait durci sa législation en 2019, en inscrivant tous les types de fentanyl sur sa liste des substances réglementées.

Le fentanyl n’est pas forcément illégal. Il peut être utilisé comme sédatif pour des malades du cancer en grande souffrance.

Lire aussi : Xi Jinping s’est engagé à agir contre le fentanyl

Des laboratoires chinois sont soupçonnés d’alimenter des narcotrafiquants, notamment mexicains, en substances permettant de fabriquer du fentanyl, au besoin en falsifiant les documents douaniers.

Ces trafics passent le plus souvent par internet et les paiements sont réalisés en cryptomonnaie, compliquant la tâche des enquêteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *