Les trois astronautes chinois sont revenus le 17 septembre sur Terre après un séjour record de trois mois dans l’espace, où ils étaient les premiers occupants de la station spatiale chinoise en cours de construction.  

L’équipage avait décollé mi-juin depuis la Chine pour une mission, intitulée «Shenzhou-12», qui  était la plus longue jamais effectuée dans l’espace par des Chinois.

Lire aussi : La Chine confirme le lancement des astronautes dans l’espace

Suspendue à un parachute à bandes rouges et blanches, leur capsule a touché Terre vendredi vers 13h35 locales (19h35 heure de Paris) dans le désert de Gobi (Nord-Ouest de la Chine), selon des images de CCTV.

Ce retour est une nouvelle étape de l’ambitieux programme spatial chinois qui a déjà posé des sondes sur la Lune, sur Mars et envisage d’envoyer des hommes sur l’astre lunaire d’ici à 2030.

Lire aussi : Les astronautes de Shenzhou-12 sont les premiers chinois à entrer dans une station spatiale

Huang Weifen, une haute responsable du programme spatial habité, a indiqué à CCTV que les astronautes devront subir une quarantaine avant de pouvoir rentrer chez eux. Une précaution prise « non pas en raison du Covid-19 » mais parce que « leur immunité a été affaiblie » par leur long séjour dans l’espace, a-t-elle souligné.

A bord de Tianhe (« Harmonie céleste« ), le seul des trois modules de la station spatiale à être déjà dans l’espace, les astronautes Nie Haisheng, Liu Boming et Tang Hongbo avaient de nombreuses tâches à effectuer.

Les trois hommes ont réalisé des sorties dans l’espace, effectué des opérations de maintenance ou encore installé du matériel afin de rendre la station opérationnelle.

Lire aussi : Les astronautes chinois effectuent leur première sortie dans l’espace

Nommée en anglais CSS (pour « Chinese Space Station ») et en chinois Tiangong (« Palais céleste« ), la station, une fois terminée, sera semblable en taille à l’ex-station soviétique Mir (1986-2001). Sa durée de vie sera d’au moins 10 ans.

La mission «Shenzhou-12» était la première mission habitée chinoise depuis près de cinq ans et constituait le troisième lancement sur les 11 nécessaires à la construction de la station. Le prochain lancement, celui du vaisseau Tianzhou-3, qui transportera uniquement du matériel, aura lieu dans les prochains jours, selon les autorités spatiales. Des sites internet spécialisés tablent sur ce lundi.

La Chine va construire sa propre station dans l’espace après le refus des Etats-Unis de la laisser participer à l’ISS, la station spatiale internationale. Cette dernière réunit les Etats-Unis, la Russie, le Canada, l’Europe et le Japon et doit prendre sa retraite en 2024, mais la Nasa a évoqué une prolongation possible au-delà de 2028.