Les sociétés de jeux vidéo doivent « rompre » avec la quête à tout prix du profit

par | Sep 9, 2021 | POLITIQUE

Le secteur des jeux vidéo en Chine ne doit pas rechercher à tout prix le profit, mais contribuer davantage à la lutte contre l’addiction des plus jeunes aux jeux vidéo, ont annoncé les autorités chinoises.

Les jeux vidéo représentent en Chine une manne financière considérable. Ils ont généré 17 milliards d’euros de chiffre d’affaires rien qu’au premier semestre 2021.

Game For Peace, jeux mobile

Les autorités comprennent le Département de la publicité du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), de la Presse nationale et de la publication (APNP), du Bureau de la Commission centrale du cyberespace et du ministère de la Culture et du Tourisme.

Les sociétés et plateformes de jeu en ligne pour les comptes de jeu de trading et streaming du jeu ont été invitées à intégrer profondément l’importance et l’urgence de prévenir les mineurs de la dépendance au jeu en ligne. Les sociétés devront mettre en œuvre des règlements relatifs visant à renforcer le développement des jeunes.

Certains enfants chinois peuvent passer des journées entières à jouer à des jeux vidéo. Mais depuis quelques années, cette situation est de plus en plus décriée pour ses effets néfastes sur la santé des enfants : baisse de la vision, impact sur les résultats scolaires, manque d’activité physique ou risque d’addiction.

Face à ces risques, la Chine a entamé une refonte du secteur avec de nouvelles règles régissant ce secteur. Ainsi, le temps de jeux des jeunes a été réduit considérablement et certaines entreprises ont prit des mesures similaires en plus des nouvelles directives.

Lire aussi : En Chine, les jeux en ligne limités à 3 heures par semaine pour les mineurs

Récemment, les régulateurs chinois ont convoqué les géants du secteur, dont les sociétés Tencent et NetEase, et leur ont été exhortées de « rompre avec le seul objectif de faire du profit […] et de modifier les règles des jeux qui peuvent créer une addiction ».

Les autorités ont également été demandé aux géants du secteur « d’appliquer à la lettre » la réglementation sur le temps de jeu des moins de 18 ans, selon l‘agence de presse Xinhua.

Pour lutter contre l’addiction des jeunes, la Chine a imposé fin août que les mineurs ne puissent jouer en ligne que trois heures par semaine maximum. Le week-end, les jours fériés et pendant les vacances scolaires, les jeunes pourront jouer une heure par jour.

Les autorités ont aussi ordonné aux entreprises et aux plates-formes de resserrer l’examen du contenu de leurs jeux. « Les contenus obscènes et violents [dans les jeux vidéo], ainsi que ceux qui favorisent des tendances malsaines, comme le culte de l’argent et l’effémination, doivent être supprimés », ont par ailleurs exhorté les régulateurs, cités par l’agence de presse, Xinhua.

Lire aussi : La Chine bannit les hommes «efféminés» de la télévision

Les plates-formes ont été invitées à mettre en place une gestion plus stricte sur les services des jeux en Livestreaming, en interdisant par exemple les grands prix et les récompenses des mineurs.

Le Département de la publicité du Comité central du PCC et l’Administration de la presse et des publications travailleront conjointement avec des départements relatifs et les autorités locales pour renforcer la supervision et le traitement des violations des règles.

Une plate-forme permettant de prévenir la dépendance au jeu en ligne entre les mineurs sera lancée pour accepter et traiter les indices pertinents et les entreprises qui ne suivent pas les exigences seront strictement sanctionnées.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :