Le Premier ministre chinois, Li Keqiang, est actuellement au Japon pour un sommet tripartite, avec le Japon et la Corée du sud. A cette occasion, il va rencontrer son homologue japonais après huit années de tension diplomatique.

La visite de Li Keqiang «démontre la détermination de la Chine à remettre les relations entre les deux pays sur de bons rails» pour les médias chinois, qui ont déploré les «démarches provocatrices de Tokyo sur les questions territoriales et historiques».

Les relations bilatérales s’étaient nettement dégradées en 2012 lorsque Tokyo avait «nationalisé» certaines de ces îles, sous le nom de Senkaku, et revendiqués par la Chine qui les appelle Diaoyu. Elles se sont depuis améliorées mais des tensions demeurent, notamment en raison des patrouilles maritimes régulières réalisées par les deux pays autour des îles disputées.

La tension ne s’est pas apaisée malgré la signature en 2014 d’un accord en quatre points sur la gestion de leurs relations bilatérales. De plus, en janvier 2018, le ministre des Affaires étrangères japonais Taro Kono avait rencontré en Chine son homologue chinois Wang Yi afin d’améliorer les relations entre les deux pays.

Il s’agissait de la première visite d’un ministre des Affaires étrangères japonais depuis près de deux ans. Les deux pays se sont engagés à signer un accord «le plus vite possible» pour mettre en place une ligne de communication militaire pour prévenir les incidents en mer de Chine orientale.

Les interactions bilatérales ne cessent de s’accroître depuis, Tokyo  tend la main vers la Chine, qui se dit «toujours prête à travailler avec le gouvernement japonais afin de cultiver une relation saine au bénéfice des deux nations et de la sous-région».

Cette année marque le 40ème anniversaire de la signature du Traité de paix et d’amitié sino-japonais. La visite du Premier ministre Li Keqiang est une occasion pour les deux pays de «revenir sur le passé et d’envisager le futur développement de leurs relations bilatérales».

Dans une tribune signée dans le journal japonais Asahi Shimbun et intitulée «Pour que la cause de la paix et de l’amitié entre la Chine et le Japon reparte sur de bons rails», Li Keqiang a déclaré : «Je viens ici pour promouvoir le développement à long terme, sain et régulier des relations sino-japonaises».

Durant sa visite au Japon, le Premier ministre chinois devrait assister à la signature d’accords de coopération dans les domaines de la santé et des sciences médicales, le secteur des services et la sécurité sociale. Les deux pays devraient également signer un accord d’échange de devises. La Chine devrait accorder au Japon un quota d’investisseurs institutionnels étrangers qualifiés pour le Renminbi, monnaie chinoise.