La Chine et la Russie veulent un monde où la force est utilisée pour résoudre les différends, a assuré le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin.

«Pékin, comme Moscou, cherche à obtenir un monde où la force fait le droit, où les différends sont résolus par la force et où les autocrates peuvent étouffer la flamme de la liberté», a-t-il déclaré lors du Forum international sur la sécurité de Halifax, au Canada.

La guerre de Moscou en Ukraine «a mis en évidence le défi auquel nous sommes confrontés dans la région indo-pacifique», a-t-il déclaré, évoquant les «pressions» de la Chine dans cette zone.

«Il y a toujours des règles dans la guerre. Et si une grande puissance peut faire fi de ces règles, elle encourage les autres à défier le droit international et les normes internationales», selon lui.

«Nous sommes déterminés à défendre ces règles – et en particulier le principe fondamental de l’immunité des non-combattants», a encore ajouté Lloyd Austin.

Pour ce dernier, les efforts de Moscou pour obtenir le soutien de pays tels que l’Iran et la Corée du Nord créent de nouveaux défis de sécurité pour les États-Unis et leurs alliés. «La Russie s’est tournée vers l’Iran et la Corée du Nord pour appuyer son attaque de l’Ukraine, notamment en utilisant des drones iraniens pour tuer des civils ukrainiens».

Fin octobre, le secrétaire américain à la Défense avait déclaré que Pékin « est le seul concurrent qui ait à la fois l’intention de modifier l’ordre international et, de plus en plus, les moyens de le faire ».

En présentant à la presse la nouvelle stratégie américaine, Lloyd Austin avait assuré que « contrairement à la Chine, la Russie ne représente pas une menace systémique pour les États-Unis à long terme. Mais la Russie représente une menace immédiate et vive pour nos intérêts et nos valeurs ».

La Chine a « engagé un effort ambitieux d’expansion, de modernisation et de diversification de ses forces nucléaires » a précisé le ministère américain, ajoutant que Pékin « souhaite vraisemblablement posséder au moins 1000 têtes nucléaires d’ici la fin de la décennie.

Mais « la Russie est le principal rival des États-Unis, avec les forces nucléaires les plus diverses et les plus capables », ont indiqué les rapporteurs dans la nouvelle stratégie militaire des Etats-Unis. La Russie possède 1550 têtes nucléaires déployées et 2000 autres non-déployées.