Le gouvernement va adopter une politique budgétaire plus vigoureuse face aux incertitudes externes, sans mesures de relance fortes.

Cette décision survient après de vifs débats parmi les économistes du gouvernement, qui envisageaient de faire jouer un rôle plus important à la politique budgétaire dans l’économie du pays afin d’atténuer l’impact de la guerre commerciale avec les Etats-Unis.

La croissance économique chinoise a ralenti à 6,7% au 2ème trimestre, raison pour laquelle le gouvernement souhaite contenir l’endettement qui freine l’activité. La production industrielle a également enregistré sa plus faible hausse en deux ans sur le seul mois de juin.

«La politique budgétaire proactive deviendra plus active», a indiqué Radio Chine Internationale, citant un communiqué publié à l’issue d’un conseil des ministres présidé par le Premier ministre Li Keqiang.

D’après l’agence de presse Reuters, qui a relayé cette nouvelle, la politique budgétaire va se focaliser sur la réduction de l’impôt sur les sociétés et sur le rythme des émissions obligataires sera accéléré.

Le gouvernement va ainsi accorder des réductions d’impôts de 65 milliards de yuans (8,17 milliards d’euros) à toutes les entreprises des mesures, alors que jusqu’à présent elles étaient réservées aux petites sociétés technologiques.

Ces réductions s’ajoutent à l’objectif d’un objectif d’une baisse des impôts et des commissions de 1.100 milliards de yuans (138,27 mds €) cette année. Les autorités comptent maintenir des liquidités abondantes et «un financement social approprié dans le cadre de leur politique monétaire prudente, qui ne sera ni trop restrictive, ni trop souple».

Le durcissement de la réglementation a entraîné une hausse des coûts d’emprunt des entreprises, ce qui a incité la Banque Populaire de Chine à réduire les taux de réserves obligatoires des banques à trois reprises cette année.

En mars, le Premier ministre Li Kegiang a annoncé réduire l’objectif de déficit budgétaire annuel pour la première fois depuis 2012, de 3% en 2017 à 2,6% cette année.

Le ministère des Finances a toutefois dit que la politique budgétaire restait favorable à la croissance, compte tenu de la hausse des émissions obligataires prévues cette année. D’ailleurs, le gouvernement a annoncé vouloir «mieux utiliser les politiques fiscales et financières pour soutenir l’expansion de la demande intérieure, stimuler l’ajustement structurel et promouvoir le développement de l’économie réelle».

«Des mesures seront prises pour promouvoir les investissements efficaces destinés à remédier aux lacunes, renforcer la dynamique générale et améliorer la vie du peuple», a indiqué le Premier ministre Li Keqiang.