De Project Syndicate, par Chris Patten – Lorsque j’étais gouverneur de Hong Kong, l’un de mes critiques les plus bruyants était Sir Percy Cradock, un ancien ambassadeur britannique en Chine.

Sir Percy Cradock a toujours soutenu que la Chine ne romprait jamais ses promesses solennelles, commémorées dans un traité déposé aux Nations Unies, de garantir le haut degré d’autonomie et le mode de vie de Hong Kong pendant 50 ans après le retour de la ville de la souveraineté britannique à la souveraineté chinoise en 1997.

Sir Percy Cradock a dit un jour de façon mémorable que bien que les dirigeants chinois puissent être des «dictateurs voyous», ils étaient des «hommes de parole» et on pouvait «faire confiance à ce qu’ils promettent». De nos jours, nous avons des preuves accablantes de la véracité de la première moitié de cette observation.

Xi Jinping, secrétaire général du PCC et président de la République populaire de Chine

La dictature du président chinois Xi Jinping est certainement un voyou. Considérez ses politiques au Xinjiang. De nombreux avocats internationaux affirment que l’incarcération de plus d’un million de musulmans ouïghours, la stérilisation et l’avortement forcés et le travail des esclaves répondent à la définition du génocide des Nations Unies. Cette répression méchante va au-delà de la brutalité.

Une récente étude de l’Australian Strategic Policy Institute basée sur des images satellites indique que la Chine a construit 380 camps d’internement au Xinjiang, dont 14 sont encore en construction. Ayant initialement nié l’existence de ces camps, certains responsables chinois affirment maintenant que la plupart des personnes détenues dans ces camps ont déjà été renvoyées dans leurs propres communautés. De toute évidence, c’est loin d’être la vérité.

Alors, qu’en est-il de Xi et de ses apparatchiks qui sont des «hommes de parole»? Hélas, cette partie de la description de Sir Percy Cradock n’a aucun fondement dans la réalité. La dernière chose que le monde devrait faire est de faire confiance au Parti communiste chinois (PCC). Quatre exemples de la duplicité et du mensonge des dirigeants chinois – quatre sur beaucoup – devraient rendre cela évident pour tous.

Tout d’abord, considérons la pandémie de COVID-19 d’origine chinoise, qui a tué près d’un million de personnes dans le monde et détruit des emplois et des moyens de subsistance à une échelle horrible ces derniers mois. Après l’épidémie de SRAS de 2002-03, également originaire de Chine, l’Organisation mondiale de la santé a négocié avec ses membres – y compris la Chine – pour établir un ensemble de directives connues sous le nom de Règlement sanitaire international.

En vertu de ces règles, en particulier de l’article 6, le gouvernement chinois est obligé – comme tous les autres signataires de l’accord – de collecter des informations sur toute nouvelle urgence de santé publique et de les signaler à l’OMS dans les 24 heures.

Au lieu de cela, comme le professeur Errol Patrick Mendes de l’Université d’Ottawa, un éminent avocat international des droits de l’homme, l’a souligné, la Chine a «supprimé, falsifié et obscurci les données et réprimé les avertissements préalables de la contagion dès décembre» l’année dernière.

Le résultat est que le coronavirus est devenu une menace bien plus grande qu’il ne l’aurait été autrement. Il s’agit du coronavirus du PCC, notamment parce que le parti a fait taire les courageux médecins chinois alors qu’ils tentaient de dénoncer ce qui se passait.

L’ancien président américain Barack Obama peut également témoigner du manque de fiabilité de Xi. En septembre 2015, Xi Jinping a assuré à Obama que la Chine ne poursuivait pas la militarisation dans et autour des îles Spratly dans la mer de Chine méridionale.

Mais c’était un engagement aux caractéristiques communistes chinoises: c’était complètement faux. Les images satellite publiées par le Center for Strategic and International Studies, un groupe de réflexion américain, fournissent des preuves convaincantes que l’armée chinoise a déployé de grandes batteries de canons antiaériens sur les îles.

Dans le même temps, la marine chinoise a percuté et coulé des navires de pêche vietnamiens dans ces eaux et y a testé de nouveaux missiles porte-avions anti-aériens.

Un troisième exemple de la malhonnêteté du PCC est son attaque frontale contre l’autonomie, la liberté et l’état de droit de Hong Kong. Hong Kong représente tous les aspects d’une société ouverte que les communistes chinois, malgré leur confiance déclarée dans leur propre totalitarisme technologique, considèrent comme une menace existentielle pour l’État de surveillance qu’ils ont créé.

Xi Jinping a donc déchiré les promesses que la Chine avait faites à Hong Kong et à la communauté internationale dans la Déclaration conjointe de 1984 (et par la suite) selon laquelle la ville continuerait à jouir de ses libertés jusqu’en 2047. De plus, la loi que la Chine a imposée pour éviscérer la liberté de Hong Kong a une portée extraterritoriale.

L’article 38 de la loi sur la sécurité nationale peut s’appliquer à toute personne à Hong Kong, en Chine continentale ou dans tout autre pays. Ainsi, par exemple, un journaliste américain, britannique ou japonais qui a écrit quoi que ce soit dans son propre pays critiquant la politique du gouvernement chinois au Tibet ou à Hong Kong pourrait être arrêté s’il ou elle mettait les pieds à Hong Kong ou en Chine.

Enfin, il convient d’ajouter les nombreuses promesses non tenues de la Chine en matière de commerce et d’investissement, qui ont renversé à la fois la lettre et l’esprit de ce que les responsables du PCC avaient précédemment promis. La diplomatie commerciale coercitive de la Chine comprend des menaces de ne pas acheter les exportations de pays dont les gouvernements ont le courage de tenir tête à Xi Jinping.

C’est arrivé à la Norvège, à l’Australie, à la Corée du Sud, au Japon, à l’Allemagne, au Royaume-Uni, à la France, au Canada, aux États-Unis et à d’autres. Le résultat final est souvent inférieur à ce que la Chine avait menacé, mais pas avant qu’une industrie ou un secteur économique n’ait supplié son gouvernement de reculer.

Une chose est claire: le monde ne peut pas faire confiance à la dictature de Xi Jinping. Plus tôt nous le reconnaîtrons et agirons ensemble, plus tôt les intimidateurs de Pékin devront mieux se comporter. Le monde en sera plus sûr et plus prospère.

Chris Patten, dernier gouverneur britannique de Hong Kong et ancien commissaire européen aux affaires extérieures, est chancelier de l’Université d’Oxford.

Droits d’auteur: Project Syndicate, 2020.
www.project-syndicate.org