L’agence de notation Standard & Poor’s a annoncé le 21 septembre avoir abaissé d’un cran la note de la dette chinoise en raison de « risques financiers » jugés trop élevés.

« Une période prolongée de fort gonflement du crédit a intensifié les risques financiers et économiques en Chine« , a expliqué S&P, ramenant à « A+ », contre « AA- » auparavant, sa note de long terme. Il a cependant maintenu à « stable » sa perspective.

Cette annonce intervient alors que l’agence de notation Moody’s avait déjà décidé en mai de dégrader la note de la 2nde puissance économique mondiale. Une première en près de 30 ans, en raison de l’explosion de la dette et du ralentissement de sa croissance économique du pays. A contrario, mi-juillet, l’agence Fitch a maintenu stable la note de la Chine.

L’envolée de l’endettement public et privé a conforté la croissance du PIB chinois, mais « elle a également diminué à un certain degré la stabilité financière » du pays, a précisé S&P dans un communiqué. En dépit de « la récente intensification des efforts du gouvernement pour enrayer l’endettement des entreprises« , « nous prévoyons que la croissance du crédit restera dans les deux à trois prochaines années à des niveaux qui aggraveront les risques financiers« , a souligné l’agence.

Le lancement de projets d’infrastructures et de chantiers immobiliers a permit de soutenir l’activité du pays en 2016, boostant de fait la croissance au premier semestre 2017 à 6,9% contre 6,7% an 2016.

Mais ces projets financés à crédit plonge un peu plus le niveau de la dette, que le gouvernement tente de mettre « sous contrôle ». Malgré les déclarations positives et les mesures engagées, la situation reste préoccupante pour le Fonds monétaire international (FMI)qui a mit en garde contre le risque d’une crise financière aux implications mondiales.

Selon le FMI, la dette totale, hors secteur financier, pourrait dépasser 290% du PIB d’ici 2022, contre environ 235% l’an dernier. Raison pour laquelle, le gouvernement fait le nettoyage dans ses industries endettées et celles en sur-capacitaires vivant à crédit. Plusieurs mesures ont été prises pour durcir les réglementations dans l’immobilier,  et renforcer la supervision du secteur financier afin d’étouffer la « finance de l’ombre« .

« Notre perspective stable reflète notre vue que la Chine continuera d’enregistrer une robuste performance économique sur les trois à quatre prochaines années », a indiqué S&P, qui prévient qu’un nouvel abaissement de la note pourra avoir lieu si Beijing « relâche ses efforts pour s’attaquer aux risques financiers et laisse le gonflement du crédit s’accélérer à nouveau ».