«Résoudre le problème de Taiwan et réaliser la réunification totale de la patrie constituent la tâche historique et immuable du Parti communiste chinois et correspondent également à l’aspiration commune de tous les Chinois», a déclaré Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du PCC.

Ce dernier a indiqué lors de la cérémonie du centenaire du PCC qu’il faut, «en maintenant le principe d’une seule Chine et le «Consensus de 1992», travailler à faire progresser la réunification pacifique de la patrie».

Lire aussi : Sans adhésion au Consensus de 1992 : pas de dialogue entre la Chine et Taïwan

Pour lui, «les compatriotes des deux rives du détroit de Taiwan et les autres filles et fils de la nation chinoise doivent s’unir pour le meilleur et pour le pire, avancer main dans la main, faire résolument échec à toute tentative visant à l’« indépendance de Taiwan » et créer ensemble un bel avenir pour le renouveau national».

«Nul ne doit sous-estimer la détermination, la volonté et la compétence du peuple chinois pour défendre la souveraineté nationale et l’intégrité du territoire!», a conclu le sujet le président Xi Jinping.

A Taiwan, la commission ministérielle des affaires continentales, en charge des relations avec la Chine, a lancé un appel pour la liberté et la démocratie de l’autre côté du détroit.

La commission a déclaré que malgré le développement économique, le pouvoir chinois devenait de plus en plus autoritaire et interventionniste. Pour elle, le système de parti unique réprime la liberté tout en violant les droits de l’homme.

Les autorités taïwanaises ont ajouté que sur la scène internationale, la Chine cherchait à interférer dans l’ordre international dans le but d’y conquérir une position hégémonique, menaçant ainsi la région et la démocratie dans le monde.

Lire aussi : Taïwan accuse la Chine de la bloquer à l’OMS

La commission ministérielle des affaires continentales, en charge des relations avec la Chine, a également évoqué les relations inter-détroit, fondées, selon elle, sur le respect mutuel et la bonne volonté, tout en rappelant que les Taïwanais avaient depuis longtemps rejeté la politique d’une seule Chine et le soi-disant « consensus de 1992 ».

La commission a enfin déclaré que «Taiwan restait déterminé à défendre sa souveraineté nationale et son système démocratique», mais aussi à s’assurer du maintien du statu-quo dans le détroit de Taiwan tout en proposant à la Chine «la paix, l’égalité, la démocratie et le dialogue».

Le chasseur F-19 américains achetés par Taïwan

A l’approche du centenaire du PCC, Taiwan a décidé de contrer une potentielle invasion chinoise sur son sol. Invasion présumée, promue par les autorités américaines qui assurent que la Chine interviendra militairement.

Pour atteindre cet objectif, Taiwan a dépensé près de 1,75 milliard de dollars (1,6 milliards d’euros) auprès du complexe militaro-industriel américain pour acquérir deux sortes d’armes.

Selon l’Asia Pacific Defense Journal, Taiwan veut acquérir des missiles de défense côtière Harpoon fabriqués par Boeing et des systèmes de roquettes M142 conçus par Lockheed Martin.

Les autorités de Taiwan vont disséminer une centaine de batteries de missiles Harpoon sur toutes les plages du territoire. Ce système de défense dissuasif est une menace importante pour tous les navires de guerre qui s’approcheraient trop près de Taiwan.

De plus, Taiwan compte sur cette technologie pour empêcher les bombardements possible de l’armée chinoise. D’autant que le système d’artillerie M142 peut envoyer plusieurs types de roquettes et de missiles. Certains de ces engins possèdent un rayon d’action de 300 kilomètres.

Les soldats taïwanais recevront également une formation technique pour maîtriser ces systèmes de missile de la part des autorités américaines qui se sont engagées à apporter son soutien logistique à Taïwan pour assurer le bon fonctionnement de ces armes dans les années à venir.